Forum Islam Aarifa



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Retrouvez tous les derniers sujets ici
Chers membres, pour une meilleure conduite du forum veuillez poster vos messages dans les sous-rubriques correspondants à votre sujet et au thème choisi. En cas de doute ou difficulté , nos modératrices sont à votre disposition. L'équipe Islam Aarifa vous remercie!
Partagez | 
 

 vrais ou faux hadiths

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
soukayna
3 Grades
3 Grades


Nombre de messages: 357
Age: 57
Date d'inscription: 20/08/2006

MessageSujet: vrais ou faux hadiths   2007-08-17, 13:48

salam alikoum,

Les problèmes des faux hadiths et leurs auteurs.

C’est naturel que nous trouvions parmi les compagnons, les avides du monde qui ont inventé des faux hadiths soit disant émanant de l’envoyé de Dieu (pbsl), pour satisfaire leurs avidités. Ils ont inventé plusieurs faux hadiths jusqu'à ce qu’il était devenu très difficile de distinguer les vraies et les faux hadiths. Et malgré les grands efforts que les imams des hadiths ont entrepris, il y a eu quand même une grande invasion de ces faux hadiths, comme il y a eu aussi plusieurs vrais hadiths prophétiques qui ont été déclarés faux par manque de conformité aux conditions requises pour être déclaré authentiques.
Ces pertes des hadiths amenèrent à des conséquences fâcheuses, comme la divergence dans les sentences et les opinions. Les mensonges et les faux
hadiths se sont introduits dans les livres reconnus authentiques. C’est dans ce contexte qu’il y a eu des erreurs parmi les vraies et les faux hadiths dans
plusieurs cas. Plusieurs faux hadiths atteignirent un nombre inimaginable qu’on a attribué à l’envoyé de Dieu (pbsl), même Boukhari l’un des auteurs des Sahihs l’a reconnu en disant : J’ai gardé deux milles faux hadiths (Madjma al Zawâid (Abou Hassan ibn Abi Bakr al Haythami) mort en 807h, deuxième édition Beyrouth 1967) et Isaac Ibn Ibrahim a dit : Certes il a gardé quatre milles faux hadiths.(Al Isâbatu fi Marifiti al Sahâbaii (Aboul Fazl Ahmad ibn Ali al Anskalâni, connu sous le nom de Ibn Hadjar) mort en 852h, édition al Qâhira 1358h)

Al Andjalani a révélé dans la conclusion de son livre (Kashif al Khifa) qu’il
y avait un grand nombre des faux hadiths, des faux livres et leurs auteurs, il
indiqua dans les pages 419-424 cent chapitres dont la plupart dans le domaine de la jurisprudence. Il enrichit qu’après chaque chapitre il n’y avait pas un vraie hadith ou un qui semblait être vraie.

Mouslim a rapporté d’Abou Rayra qui a dit : L’envoyé de Dieu (pbsl) a dit : « Dans les derniers temps, il y aura des menteurs qui vous rapporteront des hadiths que vous n’aviez jamais entendus, soyez prudent, vous et vos pères, qu’ils ne vous égarent et séduisent pas »(Tahzibu al
Tahzib, édition al Qâhira 1325-1327h
)

Peut être cela détournait les intentions des musulmans parce qu’ils considéraient les auteurs des faux hadiths comme des bienfaiteurs et des pieux. Certains parmi ces gens avaient l’idée d’inventer ces hadiths soit disant qu’ils pouvaient amener les hommes à faire les bonnes actions et à craindre les châtiments Divins.

Mouslim a rapporté de Mohammad ibn Yahya ibn Saïd al Katuâni qui a rapporté de son père qui a dit : Nous n’avons pas trouvé un bienfaiteur qui n’était pas faussaire des hadiths. (Taqribu Tahzib, édition al Qâhira 1380h)

Mouslim a aussi rapporté d’Ibn Abi Ziyad qui a rapporté de son père qui a dit : J’ai vu à Médine cent personnes dont on ne rapportaient pas leurs hadiths(Al Dourrou al Manthour fi Tafsir bil Ma'thour (Abou Bakr Abdu rahmane ibn Mohammad Djalâludine Souyouti) mort en 911h, édition al Qâhira 1314h)

Concernant les faussaires des hadiths, Ali a raconté dans son livre
« Asrar al Marfouhan » ce qui suit : Il est rapporté que Ahmad ibn Hanbal priait dans la mosquée et Yahya ibn Mouin était près de lui, une
personne se leva et dit : Ahmad ibn Hanbal et Yahya ibn Mouin nous ont
rapporté d’Abdoulrazak qui rapporta de Kitada qui rapporta d’Ansa qui a
dit : L’envoyé de Dieu (pbsl) a dit : « Celui qui témoigne que nul n’est Dieu que Dieu, à chaque mot Dieu créera un oiseau dont son bec sera en or et ses plumes en corail, son récit contenait à peu près vingt feuilles. Ahmad ibn Hanbal et Yahya ibn Mouin se regardèrent et enfin de compte
Ahmad ibn Hanbal lui demanda : Qui t’a raconté cet hadith ? Il répondit :
Par Dieu je l’ai entendu tout à heure pas plus d’une heure, après avoir
terminer son récit, il réussit des dons, se mit debout en attendant les restes des dons, Yahya ibn Mouin lui fit signe de s’approcher, il s’approcha en croyant que ce dernier l’appelait pour lui donner un don, il lui
questionna : Qui t’a rapporté cet hadith ? Il répondit : Ahmad ibn Hanbal et Yahya ibn Mouin. Il lui dit : C’est moi Yahya ibn Mouin et celui-ci Ahmad ibn Hanbal, nous n’avions jamais rapporté un hadith pareil parmi ceux de l’envoyé de Dieu (pbsl), s’il y en a certainement, c’est un faux hadith. L’homme lui dit : Es-tu Yahya ibn Mouin ? Oui lui répondit, l’homme enrichit : J’ai entendu que Yahya ibn Mouin est un imbécile et voila cela s’est confirmé en moins d’une heure. Celui-ci lui demanda : Comment sais-tu que je suis un imbécile ? Il répondit : C’est comme ci dans ce monde il y a qu’un
seul Yahya ibn Mouin et un seul Ahmad ibn Hanbal, j’ai déjà écrit plus de dix
sept fois sur Ahmad ibn Hanbal et Yahya ibn Mouin. Ahmad ibn Hanbal mit sa main sur son visage et dit : Laisse-le. L’homme se leva en se moquant d’eux. (Kanzoul Oumâl fi Sounan al Aqwâl (Anlâidine Ali ibn Abdul Malik al Muttaqi, connu sous le nom de al Hindi) mort en 957, édition Haydar Abade 1364h)

A travers ce récit nous pouvons comprendre que les faussaires des hadiths faisaient plusieurs objections. Et nous ne connaissons pas l’ampleur des objections des hadiths qui ont été attribués à l’envoyé de Dieu (pbsl) depuis sa mort jusqu’aux siècles qui ont suivi. Et cela est une preuve suffisante pour comprendre comment les mouvements des faussaires des hadiths se développèrent et prirent de l’ampleur. Nous devons aussi savoir que Abou Daoud a écrit dans son livre qu’il avait identifié à peu près 4.800 vraies hadiths sur 500 milles. Dans Sahih Boukhari : 2761 hadiths à peu près ont été acceptés sur 600.000. (Al Mukhtasar fi ilmi ridjali al athar (Abdul Wahâb Abdulatif), édition al Qâhira 1371h)
Ahmad dans son livre des hadiths n’a rapporté que 3.000 hadiths sur plus de
750.000 et il gardait un million des hadiths. Ahmad ibn Fourat décédé en l’an 257 de l’hégire a écrit 1.500.000 hadiths, mais il a retenu seulement 300 milles dans les domaines des exégèses, des lois et règles et d’autres branches. (Ahâdithu Oummu al Mu'minune Aïcha (Sayyed al Askari), édition Téhéran 1380h)

Malgré les grands efforts entrepris par les savants des hadiths pour l’épuration des faux hadiths, sans doute ces derniers ont pénétré dans les livres reconnus authentiques que les musulmans utilisent pour la pratique de leurs obligations, et ces hadiths ont été tirés et appuyés par des chaînes des traditions authentiques.

De fois les faussaires des hadiths travaillaient attentivement et d’une manière intrigue et minutieuse en introduisant les faux hadiths parmi les chaînes de transmissions et les traditions reconnus authentiques jusqu’a ce qu’il était devenu très difficile même pour les spécialistes dans ce domaine de les identifiés.

Par ailleurs les savants ont rejeté plusieurs vrais hadiths émanant de l’envoyé de Dieu (pbsl) par manque des conditions requises dans leurs chaînes de transmissions.

En conclusion, par la perte et le mélange des plusieurs traditions prophétiques, les musulmans ont subit une grande perte dans l’héritage prophétique.
Revenir en haut Aller en bas
soukayna
3 Grades
3 Grades


Nombre de messages: 357
Age: 57
Date d'inscription: 20/08/2006

MessageSujet: Re: vrais ou faux hadiths   2007-08-17, 13:56

salam alikoum

voici un extrait du commentaire d'un internaute, concernant certains hadiths :

En plus de leurs caractères violent et dangereux, des Hadiths nuisent
sérieusement à la santé intellectuelle des fidèles et de surcroît, ils
peuvent provoquer chez les jeunes des séquelles paralysantes, en terme
de compréhension des rapports religion/science, religion/société,
religion/famille, religion/histoire, religion/politique,
religion/religions, religion/progrès,… et aussi en terme de la nature
de l’action et de l’engagement qui en découlent.



L’enjeu est de taille puisque l’imam - et d’ailleurs n’importe quel
imam dans n’importe quelle mosquée - est perçu par certains jeunes et
même par certains adultes comme « la référence », « le repère » et « le
guide » à suivre et auquel il faut s’identifier pour mieux se
rapprocher de Dieu ! Ce qui lui incombe de lourdes responsabilités en
terme de discours comme en terme d’image.

Dans ce témoignage j’essaye de présenter une liste non exhaustive de
Hadiths attribués au prophète Mohammad sur lesquels l’imam de mon
quartier s’est basé pour argumenter et alimenter ses sermons du
vendredi. A cette liste, j’ai rajouté d’autres Hadiths qui vont dans le
même sens et qui posent les mêmes problèmes, en tout cas pour moi,
malgré qu’il n’ont jamais été prononcé lors de ces sermons mais qui
jouissent du soutien de l’imam et de sa caution. Peut-être réussirai-je
à réveiller quelque conscience critique?

Abou Hourayra dit: «Une fois, après avoir fait la prière de l’aube
(sobh) le Messager d'Allah se tourna vers les fidèles et dit: « Etant
en train de conduire une vache, un homme monta sur elle et la frappa.
Et la vache de lui dire: Nous ne sommes pas créées pour cela; nous
avons été créées pour le labourage » Et les présents de s'exclamer: «
Gloire à Allah! Une vache qui parle! » Le Messager d'Allah dit alors: «
Mais moi, je crois à cela, de même pour Abou Bakr et Omar ». Ces deux
derniers n'étaient pas présents, ajouta Abou Hourayra !

Ce Hadith avance l’idée qu’une vache a parlé avec son propriétaire, non
pas en meuglant, mais en formulant deux phrases correctes, complètes et
complexes empruntées au langage humain ! Cette fameuse vache rendue
célèbre par ce récit de Abou Hourayra « connaissait » sa raison d’être
et d’exister, peut être mieux que son propriétaire ! Elle contestait sa
condition sociale et sa misère ! Elle formula même de manière très
subtile sa revendication légitime ! On dirait même qu’il s’agissait
d’une vache syndiquée ! Elle rappela à son propriétaire que la mission
principale d’une vache est d’aider au labourage de la terre et non pas
de servir de monture !

Ce Hadith raconte aussi que les compagnons qui faisaient la prière avec
le prophète – excepté Abou Bakr et Omar qui étaient tous les deux
absents ce jour là, comme par hasard ! - ont trouvé cette histoire
étrange et surprenante. Car pour eux, comme pour nous aussi, une vache
ne peut parler le langage humain ! Sauf peut être dans les dessins
animés ou dans les fables de la Fontaine, ou aussi dans l’histoire de «
Tom Pouce »… Mais malgré tout, le prophète confirma le contraire, nous
dit Abou Hourayra qui, apparemment, était de la partie ! L’argument de
taille que le prophète aurait cité est aussi très surprenant et
inhabituel ! Car au moment où les compagnons demandèrent une
explication plutôt tangible surtout après la prière de l’aube où l’on
se prête facilement à la réflexion, le prophète mis cet événement sur
le compte des dogmes incroyables et non pas sur celui de la raison en
disant simplement qu’il croit à cela, tout comme Abou Bakr et Omar Ibn
Al Khattab !

Ne trouvez-vous pas ça un peu trop caricatural de la personne du
prophète et insultant à l’égard de son intelligence ? Est-ce plausible
que le prophète utilise de tel « argument » face à la stupéfaction de
ses compagnons ? Est-ce possible que le prophète ait confirmé de telles
informations même en contredisant les données de la nature ? Quelle est
donc la valeur ajoutée de cette histoire ? Quelle est sa place dans le
champ de la foi en particulier et dans le corps de la religion en
général ? Sinon, pourquoi depuis cette histoire il n’y a plus aucune
vache qui a pu parler notre langage ? Pourquoi la vache citée dans
sourate « La Vache » dans le Coran, racontant l’histoire d’un homicide
commis au sein d’une communauté israélite, n’a pas pu parlé et témoigné
de son vivant pour désigner le meurtrier et pour sauver sa peau ?…

Je suppose que Abou Hourayra a voulu nous dire simplement que parmi les
bases rudimentaires de la foi « musulmane » il y a aussi : Croire en la
capacité des vaches à parler vachement bien comme nous ! Mais c’est
vache comme foi ! Ne trouvez vous pas ça un peu tiré par les cornes ?
Déjà, j’ai eu du mal à expliquer à ma fille que les animaux qui parlent
dans les dessins animés, par exemple, ne reflètent pas la réalité des
choses, dans la nature les choses se présentent autrement ! Lui dire
maintenant que les vaches, du moins à l’époque du prophète, parlaient
comme nous et qu’il faut croire à cela car ceci est bien mentionné dans
un Hadith « authentique » et même le prophète ainsi que Abou Bakr et
Omar y croyaient fermement, me fera passé certainement pour un idiot,
qui par son absurdité délirante donnera toutes les raisons à « La vache
qui rit » pour continuer de rire !

Il y a une phrase à la fin du Hadith qui me donne une raison pour
confirmer qu’aucune vache n’a parlé ni à l’époque du prophète ni à
d’autres époques, et que ce Hadith, qui se veut « authentique », n’est
en réalité que pure hallucination ; créée par Abou Hourayra, rapportée
par Al Boukhari et reprise par l’imam de mon quartier ! Cette phrase
est la suivante : Abou Hourayra dit : «Ces deux derniers n'étaient pas
présents » en parlant de Abou Bakr et de Omar Ibn Al Khattab. Les citer
renforce en quelque sorte la crédibilité de ce que raconte Abou
Hourayra et le fait que ces deux personnes ne soient pas présents lors
du récit prophétique les écarte du cercle des témoins. Il est clair que
Abou Hourayra soignait ses contes pour les rendre crédibles en essayant
de s’échapper en même temps, de la colère des personnes qui peuvent le
contredire comme Omar Ibn Al Khattab qui, rappelons-le, empêchait Abou
Hourayra de raconter des histoires sur le compte du prophète. Omar
fouettait parfois Abou Hourayra, afin qu’il cesse son activité de
conteur public qui porte atteinte non pas seulement à la personne du
prophète mais à la cohérence et à la crédibilité de toute une religion
! (Un article en préparation est prévu sur ce fameux Abou Hourayra)
Revenir en haut Aller en bas
Abdallah
3 Grades
3 Grades


Masculin Nombre de messages: 406
Age: 41
Localisation: paris
Date d'inscription: 23/04/2007

MessageSujet: Re: vrais ou faux hadiths   2007-08-22, 15:27

salam aleykoum, oukhti je n'ai pas très bien compris ou tu veux en venir hormis le fait qu'il existe de faux hadiths. pourrais tu etre plus claire? ces commentaires sont ils de toi ? ces articles essayent ils de faire passer certains compagnons pour des menteurs? sois plus explicite min fadlik
Revenir en haut Aller en bas
soukayna
3 Grades
3 Grades


Nombre de messages: 357
Age: 57
Date d'inscription: 20/08/2006

MessageSujet: Re: vrais ou faux hadiths   2007-08-22, 17:10

salam alikoum

cet article est très clairs. Il explique effectivement que certains anciens compagnons du Prophète(as) sont des menteurs.

il suffit de comparer les anciens hadiths de Boukhari et ceux en vente aujourd'hui : les différences sont énormes. Il en est de même pour ceux de Muslim et de bien d'autres rapporteurs de hadiths.

désolée mon frère.
Revenir en haut Aller en bas
Abdallah
3 Grades
3 Grades


Masculin Nombre de messages: 406
Age: 41
Localisation: paris
Date d'inscription: 23/04/2007

MessageSujet: Re: vrais ou faux hadiths   2007-08-22, 17:29

tu n'as pas à etre désolée, je sais à qui j'ai à faire maintenant et donc j'en tiendrai compte pour mes réponses à venir incha allah. j'étais au courant que certaines sectes allaient à l'encontre des paroles du prophète concernant ses compagnons et le bien qu'il disait d'eux, certains sectaires ont insultés abou bakr ou encore omar et meme aicha, et d'autres s'en sont pris à abou hourayra.
je t'ai posé la question justement pour etre sur de tes propos et ne pas me tromper.
c'est quand meme bizarre que certains sectaires se sont permis d'insulter des compagnons (comme les chiites par exemple) alors qu'ils font partis des meilleures générations comme l'a dit le prophète aleyhi salat wa salam, ces gens gens pensent ils qu'ils sont meilleurs que les compagnons?
Allah ta'ala aurait il entouré le SON prophète de menteurs? quel drole de croyance et surtout d'égarement.
il est facile de dire que tel ou tel est un menteur, que tel ou tel hadith est faux mais il faudrait aussi apporter les preuves, il faudrait apporter les arguments de spécialistes de hadith...
Revenir en haut Aller en bas
soukayna
3 Grades
3 Grades


Nombre de messages: 357
Age: 57
Date d'inscription: 20/08/2006

MessageSujet: Re: vrais ou faux hadiths   2007-08-22, 19:00

[salam alikoum

pour commencer, voici un extrait prouvant que nous devons nous servir de notre cerveau :
par Mu'àd Ibn Jabal et reproduite
conjointement par Abù Dàwud et Tirmidhi :
"Lorsque le Prophète (PSL) eut désigné Mu'àd
comme juge au Yémen, il lui demanda en vertu de quel texte
il rendrait la justice. Son interlocuteur lui répondit : «Je
jugerai en application du Livre d'Allah». - Le Prophète (PSL)
l'interrogea à nouveau : «Si tu ne trouves pas de réponse
dans le Livre d'Allah ?»- «Je me référerai à la Tradition
de Son Envoyé », dit Mu'ad.- «Mais si non plus dans cette
Tradition tu ne trouves pas à quoi te référer pour juger ?»-
«Eh bien, je m'appliquerai tant qu'il faudra à faire de l'ijtihàd
(effort personnel)», répliqua Mu'ad, d'un ton résolu. Le
Messager d'Allah exprima sa satisfaction et dit :«Allah soit
béni pour avoir guidé l'envoyé du Messager d'Allah dans la
voie qui agrée l'opinion du Messager d'Allah»."


"Celui qui dit sur moi ce que je n’ai pas dit,
qu’il prépare sa place en enfer. »[size=9](sahih de Boukhari (Kitab
el ‘Ilm) n°110 d’après abou Houreïra et Mouslim
n°109 d’après Salama).




Puis, dans un autre Hadith rapporté chez Mouslim et
d’autres, le Messager (Paix
et bénédiction d'Allah sur lui)
a dit :

« Un
mensonge sur moi n’est pas comme un mensonge sur un autre. Celui qui ment sur moi volontairement, qu’il s’apprête à occuper
sa place en enfer. »





Et le Prophète (Paix
et bénédiction d'Allah sur lui)
a dit :



«Celui
qui rapporte sur moi un Hadith qui lui paraît mensongé, alors lui-même fait
parti des menteurs»
(Sahih Mouslim selon Soumra ben Joundab et el Moughira ben
choughba)

selon Soumra, le Prophète(as) a dit :"lorsque je vous raconde un hadith, alors ne rajoutez rien sur moi"
(voir Silsilatou Sahiha vol 1 / n°346)

Le Prophète avait donc déjà prévenu qu'il y aura des menteurs après lui, parmi ses compagnons.

D’autre part, comme tu le mentionne : "certains sectaires se sont permis d'insulter des compagnons (comme les chiites par exemple)" alors pour toi tous les chiites sont a rejeter?

Es-tu sûr de mon égarement et de ma fausse croyance?
Si oui, apporte en la preuve de tes dires.
Et si les chiites sont des égarés, quelle est pour toi la meilleure école à suivre (apporte tes preuves bien sûr).

Tu insistes pour me demander des preuves alors que je les apporte, mais cela ne te suffit pas.
Je constate donc que soit tu ne lis pas, soit tu ne sais pas lire, sois tu est aveugle : donc, je ne peux rien pour toi.

Pour finir ; es-tu sûr que tous les compagnons du Prophète (as) sans exception, faisaient parti de la meilleure génération? Ou sont tes preuves ?
Le Prophète (as) a dit "vous êtes la meilleure des générations a venir......" mais s'adressaient-il à tous ses compagnons?

Le Prophète (as) a dit aussi : "recherchez la science, même jusqu'au bout du monde" le Prophète détenait cette science. Ses compagnons en ont-ils tous connaissance?

Pour finir, pourquoi certains compagnons sont cités dans le Coran comme refusant de faire le Jihad?
Pourquoi aussi Allah leur a t-Il demandé de ne pas "retourner leur veste" après la mort du Prophète (as)?

Bref, j'attends des réponses concrètes et non accusatrices..
Revenir en haut Aller en bas
Abdallah
3 Grades
3 Grades


Masculin Nombre de messages: 406
Age: 41
Localisation: paris
Date d'inscription: 23/04/2007

MessageSujet: Re: vrais ou faux hadiths   2007-08-24, 13:54

wa aleykoum salam, tu avais commencé par la phrase suivante :" voici un extrait du commentaire d'un internaute, concernant certains hadiths ", penses tu que le commentaire d'un internaute soit plus sur que les paroles d'un compagnon qui a eu pour professeur le prophète en personne? quand je te demande des preuves je te demande des arguments solides, pas la compréhension de ceux qui sont arrivés après les meilleurs des hommes (pour les preuves je vais y venir). personne ne peut croire que plusieurs siècles après la révélation certains illuminés comprennent mieux la religion que ceux qui ont entourés le prophète aleyhi salat wa salam.

concernant le fait d'utiliser notre cerveau tu as rapporté un bon hadith mais apparemment tu ne l'as pas compris ou ceux de qui tu prends, il faut d'abord suivre les étapes et il n'est écrit nul part qu'on devait suivre nos passions.

ensuite tu as rapporté des hadiths sur le mensonge concernant le prophète, je n'ai rien dis qui contredisait ça, ce n'est pas des arguments qui met en cause les compagnons, je te citerai les paroles un peu plus loin concernant le bien qu'a dit de ses compagnons en nommant certains et parfois en parlant de manière générale. nous allons y venir incha allah.
tu rapportes des hadiths mais ce sont bien les compagnons qui les rapportent alors comment on sait que ce que tu rapportes est vrai? les hadiths que tu rapportent ne mettent en aucun cas les compagnons, ça c'est toi qui l'a dit ou plutot de ceux de qui tu prends, Allahou a'lam.

concernant les chiites, je n'ai pas dis que tous les chiites étaient à rejeter, tu me fais dire ce que je n'ai pas dis, c'est bien beau de rapporter des hadiths sur le mensonge mais il serait plus sage de les appliquer.

pour la fausse croyance j'ai bien précisé que ça concernait les compagnons pour le reste je ne sais pas donc ne généralise pas.

pour ce qui est de de l'école à suivre il n'y en a pas, il faut suivre le coran et la sounna selon la compréhension des compagnons qui ont été témoins de la révélation et qui ont transmis la religion comme ils l'ont appris du prophète.
on ne suit pas tel ou tel personne, telle ou telle école, tel ou tel gourou... car ceci appelle à la division ce qui va à l'encontre de ce qu'Allah nous ordonne : et craponnez vous au cable (habl) d'Allah tous ensemble et ne vous divisez pas. les chiites rien que par leur nom ils divisent (regarde juste la définition du mot chiite).

pour les compagnons mentionnés dans le coran concernant la bataille de tabouk il faudrait lire jusqu'au bout et se référer au hadith qui explique ce hadith, n'ont ils pas été pardonné par Allah Lui meme justement dans le coran?
de plus personne n'a dit qu'ils étaient parfait, il y a une différence entre faire un péché par faiblesse, erreur , oubli et le faire intentionnellement, car d'après ce que toi tu rapportes et certains sectaires, certains compagnons auraient mentis intentionnellement, ce qui est un mensonge.

voilà pour l'instant, avant de répondre pourrais tu stp attendre ma réponse suivante car là je vais t'apporter des preuves sur les compagnons, comme tu me l'as demandé incha allah. je m'excuse pour le retard mais je manque de temps, comme tu peux le constater toi meme répondre ça prend du temps surtout pour donner une réponse constructive.
Revenir en haut Aller en bas
Ayman
5 Grades
5 Grades


Masculin Nombre de messages: 1980
Localisation: algerie
Date d'inscription: 08/04/2006

MessageSujet: Re: vrais ou faux hadiths   2007-08-24, 21:05

Salam aleykoum,

Affirmer ou prétendre que les Compagnons du Messager d'Allah (saws) inventent des mensonges
relève de l'affabulation et dans ce cadre précis qui entre dans l'application de la
Sounna,j'estime que cette allégation possède une connotation injurieuse et donne de ces
Compagnons une image défavorable,ce que je rejette catégoriquement et de toutes mes forces.

Je crois qu'il faudrait situer ces faux hadiths dans leur contexte réel en tenant compte en
particulier des fondements du hadith et chercher pourquoi on en est arrivé là.

Il faudrait savoir aussi que le hadith était devenu depuis fort longtemps un magma informe où se
cotoyaient le vrai et le faux,l'authentique et la fable.

La situation était devenue chaotique au point où une réaction de pieux croyants,d'éminents
oulémas était necessaire et ils furent saisis d'un effroi salutaire : l'inflation des hadiths
faisait courir à l'Islam de graves dangers.

On craignait que les croyants absorbés par les livres des théologiens ne se détournent des
écritures saintes.Certains n'hésitèrent pas à inventer des hadiths prohibant l'invention des
hadiths !

D'autres,plus responsables et plus conscients (Al-Boukhari et Mouslim notamment) entreprirent de
réformer la science du hadith en imposant des critères sévères à la sélection des hadiths
authentiques.

Al-Boukhari rapporte ainsi comment il décida d'entre prendre la recension des hadiths
autenthiques : il s'était vu en songe chassant des mouches autour du Prophète (saws),et on lui
avait dit que ces mouches symbolisaient les mensonges qui ont été mis dans la bouche du Messager
d'Allah (saws).

Pour ces Oulémas,le premier critère de l'authenticité du hadith était à rechercher dans la chaine
des transmetteurs : qui avait transmis et rapporté le hadith ?

Ces hommes étaient-ils connus pour leur piété et leur intégrité ?

S'ils s'évéraient pieux et intègres,si l'on ne pouvait retenir contre eux aucun mensonge prêté à
dessein au Prophète (saws),par manque de religion ou par passion partisane,ils étaient reconnus
comme "autorités".

Si,enfin,on pouvait établir que le dernier transmetteur mentionné dans "l'isnad" était
contemporain du traditionniste qui rapporte le hadith,il était tenu pour authentique.

Al-Boukhari,après avoir recensé environ 600.000.hadiths,jugea que 2.762.seulement méritaient
d'être qualifiés d'autenthiques (son "Sahih" compte 7.393.hadiths,mais un même hadith est
généralement cité dans plus d'un chapitre),soit moins d'un sur deux cents !

La sélection d'Al-Boukhari et d'autres spécialistes du hadith ne reposait donc pas sur le teneur
du hadith,mais sur la critique de "l'isnad",érigé en pilier du hadith.S'il était défaillant,le
hadith tombait.S'il était valide,le hadith devait être accepté,quelle que soit sa teneur.

On ne cherchait pas à connaitre les mobiles des inventeurs et des transmetteurs de hadiths
forgés,pas plus qu'on ne prenait en compte l'histoire : du fait de cet interêt de "l'isnad",on
n'a pas tenu compte des doutes qu'inspirait à certains l'authenticité de hadiths à "l'isnad"
solide,mais dont le "matn" contenait une légende,ou contredisait la logique ou un fait historique
établi.

Plus tard,Ibn Khaldoun a suggéré que la vraisemblance du "matn" soit prise en compte pour trier
le vrai hadith du faux.Ibn Abd Al-Barr et Al-Nawawi ont refusé d'accorder le label d'authenticité
aux hadiths qu'ils jugèrent irrationnels.

Il reste que pour la plupart des compilateurs,l'unique principe de tri était "l'isnad".Dans ces
conditions,il leur arrivait de se trouver face à deux hadiths à "l'isnad" tout aussi solide,mais
contradictoires dans leur teneur.Il fallait bien alors,se pencher sur le "matn",on essayait d'en
donner une interpretation de compromis et si celà se révélait impossible,on appliquait au
hadith,la théorie coranique de l'abrogeant et de l'abrogé (al-nasikh wa al-mansoukh),c'est à dire
que le hadith postérieur était réputé abroger le hadith antérieur.

L'attitude de ces compilateurs a permis et a facilité aux faussaires l'invention de chaines de
transmetteurs,occasion en "or" pour eux.

On doit néamoins reconnaitre que cette attitude était empreinte d'une grande piété et qu'elle
avait sa cohérence : dans leur optique,le sens commun pouvait parfois être inapte à comprendre
tout ce que le Messager d'Allah (saws) avait voulu dire,et il été présomptueux d'écarter un
hadith au motif qu'il dépassait notre entendement.

Pour revenir aux hadiths inventés et attribués,on en reparlera après la parution du texte que prépare
Abdallah.


"Quand on veut une chose, tout l'Univers conspire à nous permettre de réaliser notre rêve" (Coelho)
Revenir en haut Aller en bas
Aarifa
3 Grades
3 Grades


Féminin Nombre de messages: 350
Age: 26
Date d'inscription: 07/05/2006

MessageSujet: Re: vrais ou faux hadiths   2007-08-28, 14:38

As'salemaleykoum wa rahmetoullah wa barakatou
simple enumeration de merites de certains compagnons.

Abou bakr :
On rapporte au sujet de Abou Moûsa Al-Ach'ari (paix et bénédiction de Dieu sur lui) qu'il dit : "Je serai aujourd'hui le portier du Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui)".
A ce moment arriva Abou Bakr (paix et bénédiction de Dieu sur lui) qui poussa la porte. Je dis : "Qui va là?"
Il dit : "Abou Bakr".
Je lui dis : "Attends un peu".
Puis je m'en allai et dis : "Ô Messager de Dieu! Voilà Abou Bakr qui demande l'autorisation d'entrer".
Il dit : "Laisse-le passer et annonce-lui le Paradis".
Je retournai auprès de Abou Bakr et lui dis : "Tu peux entrer et le Messager de Dieu t'annonce le Paradis". (Al-Boukhâri, Mouslim)
Selon Abou Hourayra, le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Celui qui réunit deux bonnes actions au service de Dieu, s'entend appeler à partir des portes du Paradis : "Ô esclave de Dieu! Voilà une bonne chose que tu viens de faire". Celui qui fait partie des pratiquants fervents de la prière est appelé à partir de la porte de la prière. Celui qui fait partie des volontaires fervents à la guerre sainte est appelé à partir de la porte de la guerre sainte. Celui qui fait partie des pratiquants fervents du jeûne est appelé à partir de la porte dite "du Rayyan" et celui qui fait partie des dispensateurs fervents d'aumônes est appelé à partir de la porte de l'aumône". Abou Bakr (que Dieu l'agrée) dit : "Ô Messager de Dieu! Que mon père et ma mère te servent de rançon! Il suffit d'être appelé à partir de l'une de ces portes pour être sûr du succès (d'entrer au Paradis)? Est-il possible que quelqu'un soit appelé à partir de toutes ces portes à la fois?"
Il dit : "Oui et j'ai bon espoir que tu sois l'un d'eux". (Al-Boukhâri, Mouslim)
Le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "S'il m'avait été permis d'avoir pour ami intime quelqu'un d'autre que Dieu, cela aurait été Abou Bakr. Seulement il est mon frère et mon compagnon". (al-boukhâri)
Le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Abou Bakr et Omar seront les guides de tous les hommes adultes au Paradis : du premier au dernier ; sauf les Prophètes et messagers de Dieu". (Tirmidhi, Ibn Mâja, Ibn Sa'd, Ahmad)
Le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Certes, Abou Bakr, tu seras le premier individu de ma communauté à entrer au Paradis !". (Abou Dawoud et Al Hakim)
Houdhayfa (que Dieu l'agrée) a rapporté que le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Prenez exemple sur ceux qui viendront après moi : Abou Bakr et 'Omar !". (Tirmidhi et Al-Hakim)
'Aïcha (رضي الله عنها) a rapporté que l'envoyé de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Il ne peut être question, lorsqu'Abou Bakr est présent dans un groupe, que ce soit quelqu'un d'autre qui dirige la prière !". (at-tirmidhi)
D'après Ibn 'Omar (رضي الله عنهما), le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit à Abou Bakr (que Dieu l'agrée) : "Tu étais mon compagnon dans la caverne, et tu seras mon compagnon près du Bassin (au jour de la Résurrection)". (at-tirmidhi)
Abou Houraïra (que Dieu l'agrée) a rapporté que le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Toute personne qui m'a prêté main forte, j'ai pu l'en récompenser, excepté Abou Bakr : il a eu pour moi tant de bienfaits, que seul Dieu saura l'en récompenser au Jour du Jugement dernier, et en vérité, il n'y a pas d'argent qui m'ait été aussi utile, comme l'a été l'argent d'Abou Bakr !". (at-tirmidhi)
Zayd Ibn Aslam a rapporté de son père qui a dit : J'ai entendu 'Omar Ibn al-Khattâb (que Dieu l'agrée) dire : Le Messager de Dieu (Prière et salut de Dieu sur lui) a ordonné de donner l'aumône, et il se trouvait que j'avais une somme d'argent. Alors je me suis dit : Aujourd'hui, je ferai mieux qu'Abou Bakr, si j'arrive un jour à rivaliser avec lui. J'ai fait don de la moitié de ma richesse. Le Messager de Dieu (Prière et salut de Dieu sur lui) m'a demandé : Qu'as-tu laissé pour ta famille ?
J'ai dit : J'ai laissé l'équivalent de ce que j'ai donné.
Mais Abou Bakr avait apporté toute sa richesse et le Messager de Dieu (Prière et salut de Dieu sur lui) lui a demandé : Qu'as-tu laissé pour ta famille?
Il a répondu : Je lui ai laissé Dieu et Son Messager.
J'ai dit : Je ne rivaliserai plus jamais avec toi en quoi que ce soit.
Selon 'Abdurrahman Ibn Abi Bakr As-Siddiq (que Dieu l'agrée), son père dit une fois à ses invités : "Mangez en toute tranquillité. Moi, par Dieu, je n'y goûterai pas". (Il craignait que le repas ne suffise pas à tout le monde).
'Abdurrahman dit : "Par Dieu, toutes les fois qu'on en prenait une bouchée, le volume du dîner augmentait par sa base si bien qu'ils ont mangé à satiété et le manger était encore plus copieux qu'au départ. Abou Bakr regarda le manger et dit à sa femme : "Ô sœur des béni Firas! Qu'est-ce donc que cela?"
Elle dit : "Par tout ce que j'aime, voilà donc que notre dîner est trois fois plus abondant qu'au début".
(Devant cette abondance inattendue) Abou Bakr se décida enfin à manger avec eux en disant : "Le serment que j'avais fait de ne pas manger n'était qu'une inspiration du Diable".
Il en prit une bouchée puis porta le plat au Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) et le manger se trouva ainsi chez lui. Or juste en ces temps expira le terme d'une trêve entre nous et certaines tribus. Douze hommes des nôtres arrivèrent chacun avec ce qu'il avait pu mobiliser comme hommes (pour reprendre le combat contre ces tribus), Tous purent en manger à leur faim". (Al-Boukhâri, Mouslim)
Ibn Kathîr (رحمه الله) a dit : "Abou Bakr (que Dieu l'agrée) était le plus savant dans le Livre de Dieu parmi les compagnons (رضي الله عنهم), car il est arrivé au Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) de le désigner pour diriger la prière à sa place, or le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit par ailleurs : "Celui qui guide les autres dans la prière doit être le plus savant d'entre eux"".


{ Vois-tu celui qui prend sa passion pour sa propre divinité ? }
[ Sourate 45 - Verset 23 ]
Revenir en haut Aller en bas
Aarifa
3 Grades
3 Grades


Féminin Nombre de messages: 350
Age: 26
Date d'inscription: 07/05/2006

MessageSujet: Re: vrais ou faux hadiths   2007-08-28, 15:09

Omar :
Selon Abou Hourayra (que Dieu l'agrée), le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Il y avait dans les communautés qui vous ont précédés des hommes-inspirés de Dieu. S'il y a un tel homme dans ma nation, c'est bien 'Omar". (Al Boukhâri n°3282 et Mouslim n°2389)
On rapporte au sujet de Abou Mousa Al-Ach'ari (que Dieu l'agrée) qu'il dit : "Or voilà que quelqu'un faisait bouger la porte. Je dis : "Qui va là?"
Il dit : "'Omar Ibn Al-Khattâb".
Je dis : "Attends un peu!" Je vins auprès du Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui), le saluai et lui dis : "'Omar demande l'autorisation d'entrer".
Il dit : "Fais-le entrer et annonce-lui le Paradis".
Je retournai à 'Omar et lui dis : "Tu peux entrer et le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) t'annonce le Paradis".
Il entra donc et s'assit sur la margelle à gauche du Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui). Il plongea comme lui ses pieds dans le puits". (Al-Boukhâri, Mouslim)
Houdhayfa (que Dieu l'agrée) a rapporté que le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Prenez exemple sur ceux qui viendront après moi : Abou Bakr et 'Omar !". (Tirmidhi et Al-Hakim)
Il dit encore : "s'il devrait y avoir un Prophète après moi, ça aurait été Omar". (At-Tirmidhi et Ahmad)
Le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Dieu a placé la vérité sur la langue et dans le coeur de Omar". (Abou Dâwoûd, Tirmidhi, Ibn Mâja, Ahmad et Ibn Sa'd)
Le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit aussi à 'Omar (que Dieu l'agrée) : "Dès que le Diable te voit prendre une voie, il en prend aussitôt une autre".
Ibn 'Abbas (رضي الله عنهما) raconte : "'Ouyayna Ibn Hisn vint une fois à Médine chez son neveu Al Hourr Ibn Qays qui était parmi les rares personnes que 'Omar rapprochait de lui. Les lecteurs du Coran formaient en effet l'entourage de 'Omar et étaient ses conseillers, qu'ils fussent en âge mûr ou des adolescents. 'Ouyayna dit à son neveu : "Mon neveu! Tu es introduit auprès de 'Omar; demande-lui de m'accorder une audience!".
'Omar la lui accorda; une fois entré chez 'Omar, il lui dit : "Gare à toi, ô Ibn Al Khattab! Par Dieu tu ne nous donnes pas en abondance et tu ne juges pas équitablement entre nous".
'Omar se fâcha tellement qu'il était sur le point de le frapper de sa colère.
Al Hourr lui dit alors : "Ô Prince des Croyants! Dieu Le Très-Haut à dit à Son Prophète : {Accepte ce qu'on t'offre de raisonnable, commande ce qui est convenable et éloigne-toi des ignorants.} (7/199) et cet homme fait partie des insensés".
Par Dieu! 'Omar, au simple rappel de ce verset, ne le transgressa pas d'un pouce. Il respectait en effet scrupuleusement les prescriptions du Livre de Dieu exalté". (Al-Boukhâri)
Al-Abbas Ibn Abd l-Mouttalib (que Dieu l'agrée) a dit : "J'ai été un voisin de 'Omar Ben Al-Khattab. Je n'ai jamais vu dans ma vie un homme meilleur que lui. Il veillait ses nuits en priant, ses jours en jeûnant et il vaquait aux besoins des gens. Quand il mourut, j'ai demandé à Dieu de me le faire voir en songe. En effet, une certaine nuit, je l'ai vu venant du marché de Médine, je l'ai salué et il m'a rendu le salut, puis je lui ai dit : "Comment vas-tu?"
"Bien", m'a-t-il répondu. En lui demandant sur ce qu'il a trouvé, dans l'autre monde, il m'a dit : "Je viens maintenant de rendre compte de toutes mes oeuvres. Si je n'avais pas trouvé un Seigneur Miséricordieux, j'aurais été parmi les perdants". (Abou Na'im)
Ibn 'Omar (رضي الله عنهما) a dit : "Je n'ai jamais entendu 'Omar (que Dieu l'agrée) dire à propos d'une chose : "Je crois que c'est ainsi", sans qu'elle ne fût exactement ainsi".


{ Vois-tu celui qui prend sa passion pour sa propre divinité ? }
[ Sourate 45 - Verset 23 ]
Revenir en haut Aller en bas
 

vrais ou faux hadiths

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» vrais ou faux hadiths
» les vrais in faux ?
» Somnifères, antidépresseurs, tranquillisants : vrais et faux dangers
» L'oreille coupée vrais ou faux
» Mise en garde contre un faux hadith

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Islam Aarifa ::  :: -