Forum Islam Aarifa



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Retrouvez tous les derniers sujets ici
Chers membres, pour une meilleure conduite du forum veuillez poster vos messages dans les sous-rubriques correspondants à votre sujet et au thème choisi. En cas de doute ou difficulté , nos modératrices sont à votre disposition. L'équipe Islam Aarifa vous remercie!

Partagez | 
 

 Médicaments à base d'alcool.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yaniscarcassonne
nouveau / nouvelle
nouveau / nouvelle
avatar

Masculin Nombre de messages : 19
Age : 57
Localisation : Bulgarie
Date d'inscription : 17/04/2013

MessageSujet: Médicaments à base d'alcool.   2013-05-10, 17:35


Bismillah33
J'ai des problèmes de stress et je dois prendre des médicaments (à base d'alcool) est ce que c'est hallal ?

Revenir en haut Aller en bas
Sonia75
7 Grades
7 Grades


Féminin Nombre de messages : 3935
Date d'inscription : 16/10/2012

MessageSujet: Re: Médicaments à base d'alcool.   2013-05-10, 17:58

hjbbng

je te conseillerai de demander à ton médecin un autre type de médicament, si c'est possible...Je vois que tu as 13 ans...parles-en avec ta famille.

Je ne te dirai pas d'arrêter ton médicament, car ne plus en prendre peut ne pas être bon pour ta santé ! Tu es sur un forum...Nous ne savons rien sur ton état de santé, et nous ne sommes pas médecins.

Sur cette question, les savants émettent des avis différents...


Est-il permis d'utiliser des médicaments contenant de l'alcool ?

Question: Je voudrais savoir si on a le droit, quand on est vraiment malade, de consommer un médicament fait avec de l'alcool...

Réponse: La question que vous soulevez ici, concernant la permission ou non, de prendre des médicaments contenant de l'alcool en cas de besoin (en ce sens que la maladie est grave, mais la vie de la personne n'est pas en danger) ou en cas de nécessité (c'est à dire quand la vie du malade est en danger) est étroitement liée à un principe que l'on retrouve dans les ouvrages de jurisprudence islamique sous l'appellation de "at tadâwi bil mouharramât" (littéralement: "le traitement par l'usage des choses illicites").

En règle générale, si un malade se trouve dans à une situation de nécessité extrême (appelée "Idhtirâr" en arabe) au point qu'il n'a des chances de sauver sa vie qu'en prenant un produit contenant de l'alcool, dans ce cas, il y a unanimité entre les juristes musulmans pour considérer qu'il lui sera permis d'utiliser ce médicament.

Maintenant, si un malade ne se trouve pas dans un tel cas d'extrême nécessité et que sa vie n'est pas en danger, néanmoins, sa maladie est telle qu'elle lui cause beaucoup de tort et pour lutter contre celle-ci, il lui faut prendre un médicament contenant de l'alcool, pourra-t-il le faire oui ou non ?... C'est sur ce point que les avis des juristes divergent...

- Selon une bonne partie des savants (il semblerait que ce soit là l'avis des juristes hambalites et mâlékites), l'usage d'un tel médicament n'est pas permis dans ce genre de situation. Ils basent leur opinion sur un certain nombre de Hadiths, comme par exemple celui qui relate qu'un Compagnon (radhia Allâhou anhou), en l'occurrence Târiq Ibné Souwaid Al Djou'fi (radhia Allâhou anhou), avait posé la question au Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) au sujet du vin, s'il pouvait en produire afin qu'il soit utilisé en guise de médicament. Le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) lui répondit en ce sens:

"Certes, ce (produit, c'est à dire le vin) n'est pas un médicament, mais c'est plutôt un mal."

(Rapporté par Ahmad, Abou Dâoûd, Tirmdhi et Mouslim).

Cet avis est celui qui a la préférence de Sayyid Sâbiq r.a. (Voir "Fiqh ous Sounnah" - Volume 2 / Page 22 et 23)

- Selon l'avis de l'Imâm Abou Hanîfa r.a. et Qâdhi Abou Yoûssouf r.a., si le médicament contient de l'alcool ayant été élaboré à partir d'autre chose que du raisin ou des dattes (ce qui est le cas, il semblerait, pour la quasi-totalité des médicaments de nos jours), il sera alors permis au malade de le consommer en guise de traitement, à condition cependant que la quantité prise ne rende pas ivre (Réf: "Fath oul Qadîr" - Volume 8 / Page 160). S'il est vrai que l'argumentation visant à établir une distinction de statut juridique entre l'alcool produit à partir de dattes ou de raisin et l'alcool produit à partir d'autre éléments est remise en question au sein de l'école hanafite même, il est cependant possible malgré tout, selon Moufti Taqui Outhmâni, de prendre en considération cet avis pour le besoin ("hâdjah") du traitement.

Et si l'alcool a été élaboré à partir du raisin ou des dattes (ou si l'alcool a été élaboré à partir d'un autre élément, mais que l'on considère que l'avis (cité ci-dessus) établissant une "classification" de l'alcool suivant son origine n'est pas correcte), dans ce cas, selon l'avis de Abou Yoûssouf r.a. (qui, sur ce point, fait autorité au sein de l'école hanafite), il ne sera permis d'en consommer ((dans la mesure du strict nécessaire) que si un médecin fiable et honnête ("tabîb 'adl") affirme qu'il n'existe pas de traitement efficace alternatif à celui-ci. Cet avis, permettant le "tadâwi bil mouharramât" (autorisé par une partie des juristes hanafites), repose notamment sur le récit des gens de la tribu de "Ouraïna", à qui le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) avait ordonné de prendre de l'urine de chameau en guise de traitement (Réf: "Bouhoûth fi Qadhâya Fiqhiyah Mouâsarah" de Moufti Taqui Ousmâni, qui cite comme références hanafites "Fath oul Qadîr" (Volume 8 / Page 160) et "Al Bahr oul Râïq" (Volume 1 / Page 116).

- Selon l'avis des juristes de l'école châféite, si le médicament ne consiste qu'en de l'alcool pur, dans ce cas, il ne sera pas permis de le prendre. Par contre, s'il est mélangé à un autre produit médicamenteux dont la quantité domine celle de l'alcool (ce qui est le cas pour les médicaments utilisés actuellement), dans ce cas il sera permis de le prendre en guise de traitement et en petite quantité (ne rendant pas ivre), quand son effet bénéfique est établi (par diagnostic médical émanant d'un médecin fiable et honnête, par exemple) et qu'il n'y a pas d'autres produits purs pouvant le remplacer. (Réf: "Bouhoûth fi Qadhâya Fiqhiyah Mouâsarah" de Moufti Taqui Ousmâni, qui cite comme référence les écrits de Ar Ramali r.a.: "Nihâyat oul Mouhtâdj" (Volume 8/ Page 12). Voir également "Al Fiqh oul Islâmiy" - Volume 3 / Page 523).

Wa Allâhou A'lam !
Dieu est Plus Savant !

Patel Mouhammad

http://www.muslimfr.com/modules.php?file=article&name=News&sid=181


Salam aleykoum
Revenir en haut Aller en bas
Sonia75
7 Grades
7 Grades


Féminin Nombre de messages : 3935
Date d'inscription : 16/10/2012

MessageSujet: Re: Médicaments à base d'alcool.   2013-05-10, 18:10

hjbbng


Des médicaments contenant de l’alcool


Certains juristes ne considèrent pas la médication au même titre que l’alimentation (au niveau de l‘interdiction). Ils citent le hadith suivant pour appuyer leur argumentation :

Le Prophète (pbsl) à dit :

" Allah n’ a pas fait votre remède de ce qu’Il vous a interdit."

D’ autre part, d’autres juristes maintiennent que les médicaments sont aussi importants et nécessaires que l’alimentation. Tous deux sont indispensables pour préserver l’homme et sauvegarder sa vie . Ils se justifient en rapportant que le Prophète (pbsl) avait permis le port de la soie à `Abdur-Rahman Ibn `Awf et Az-Zubayr Ibn Al-`Awwaam, bien que cela ne soit pas autorisé aux hommes musulmans, parce qu’il s’avérait nécessaire. En effet, ces deux hommes souffraient d’une sorte de gale.

Il semble que cet avis soit plus proche de l’esprit de l’Islam. Néanmoins, la prise d’une médication contenant des ingrédients illicites est soumise à des conditions :

1- Le médicament contenant des produits illicites (comme de l’alcool) doit être absolument nécessaire pour la sauvegarde de la vie de la personne qui l’utilise.

2- Que le médecin soit un médecin musulman compétent et digne de confiance dans sa profession et dans sa foi .

3- Il n’est pas permis à une personne d’utiliser un médicament avec des contenants illicites alors qu’il en existe d’autres licites.

Allah est Le plus savant.

Dr. Yusuf Abdullah Al-Qaradâwi

Traduit avec l’aimable autorisation du site www.islam-online

http://www.islam-medecine.com/article93.html


Salam aleykoum
Revenir en haut Aller en bas
hind
3 Grades
3 Grades


Féminin Nombre de messages : 439
Age : 27
Localisation : france
Date d'inscription : 17/01/2013

MessageSujet: Re: Médicaments à base d'alcool.   2013-05-10, 21:21

Salam une fois j'ai pris un sirop pour la toux avec de l'alcool j'étais pas au courant c'étais drole sa m'avais tourné la tête lol
Revenir en haut Aller en bas
sister B
9 Grades
9 Grades
avatar

Féminin Nombre de messages : 10443
Localisation : ...
Date d'inscription : 03/11/2011

MessageSujet: Re: Médicaments à base d'alcool.   2013-05-12, 00:45



 
kljiio
♥♥♥"Allah est le Plus doux au-delà de toute douceur, Le Plus Aimant au-delà de tout amour..."♥♥♥  
La Illaha Illa Anta sobhanaka inni kountou min Edhalimin.♥ 
   Salam Alaykoum
Revenir en haut Aller en bas
oumaazedine
2 Grades
2 Grades
avatar

Féminin Nombre de messages : 227
Age : 46
Localisation : algerie
Emploi : a la mosquée
Loisirs : lire le coran
Date d'inscription : 26/12/2010

MessageSujet: Les médicaments préparés avec de l'alcool   2013-07-01, 10:32

salam-alikum1 

La question posée a sheikh mohamed ali ferkous

Pour préparer une solution médicamenteuse : on utilise trois litres de l'huile d'olive et on lui ajoute le vinaigre d'alcool ou, à défaut, une bouteille de vin.

Est-ce qu'il est permis de se soigner par cette solution, que ce soit par voie buccale ou par voie cutanée (en l'appliquant sur la plaie).

Qu'Allah vous bénisse, et fasse que nous puissions profiter de votre savoir et de votre vie ; et que salut, miséricorde et bénédiction d'Allah soient sur vous.

La réponse :

Louange à Allah, Maître des Mondes; et paix et salut sur celui qu'Allah عزّ وجلّ a envoyé comme miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection. Ceci dit :

Sachez -qu'Allah vous préserve- que l'huile d'olive provient d'un arbre béni comme l'a déclaré Allah عزّ وجلّ dans la Sourate En-Noûr (La Lumière) en disant :

﴿... يُوقَدُ مِن شَجَرَةٍ مُبَارَكَةٍ زَيْتُونِةٍ لاَ شَرْقِيَّةٍ وَلاَ غَرْبِيَّةٍ يَكَادُ زَيْتُهَا يُضِيءُ وَلَوْ لَمْ تَمْسَسْهُ نَارٌ﴾ [النور: 35].

Le sens du verset :

﴾… son combustible vient d'un arbre béni : un olivier ni oriental ni occidental dont l'huile semble éclairer sans même que le feu la touche ﴿ [En-Noûr (La Lumière) : 35].

De même, le Prophète صلّى الله عليه وآله وسلّم a dit : « Consommez l'huile d'olive et oignez-vous en le corps, car elle provient d'un arbre béni »[1]. Et tout ce auquel la révélation divine a attribué la bénédiction contient sans doute du bénéfice. Pour ce qui est du vinaigre, le Prophète صلّى الله عليه وآله وسلّم l'a loué en disant : « Le vinaigre est l'un des meilleurs condiments »[2]. Alors, si l'on mélange le premier (l'huile d'olive) avec l'autre (le vinaigre), c'est-à-dire mélanger une substance permise par la Charia avec une autre qui est aussi permise, de façon que cette mixtion soit confirmée par les spécialistes en médecine en se basant sur des raisons rationnelles inhérentes à la vie mondaine, et que ce mélange soit réussi de manière qu'il ait des effets positifs qui repoussent le mal et font disparaître la douleur ; il serait permis, dans ce cas, d'utiliser cette solution dans les soins à l'instar de toutes les autres substances nutritionnelles consacrées pour les soins qui sont administrées par voie buccale ou cutanée.

Du reste, il n'est pas valable d'utiliser dans les soins l'huile d'olive à laquelle on a ajouté du vin qui est interdit dans la Charia ; comme il n'est, à plus forte raison, pas valable de la consommer ou de l'ajouter à d'autres substances, suivant le hadith du Prophète صلّى الله عليه وآله وسلّم: « Allah a, certes, fait descendre la maladie et le remède et a destiné un remède à chaque maladie. Soignez-vous donc, mais ne le faites pas à l’aide de ce qui vous est interdit »[3] et dans une autre version : « Certes Allah n’a pas fait de ce qu’Il vous a interdit un remède pour vous »[4]. Et lorsqu'on posa la question au Prophète صلّى الله عليه وآله وسلّم à propos du vin que l'on transforme en vinaigre ? Il répondit صلّى الله عليه وآله وسلّم: « Non »[5].

Le savoir parfait appartient à Allah عزّ وجلّ, et notre dernière invocation est qu'Allah, Seigneur des Mondes, soit Loué et que paix et salut soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.



Alger le 15 Dhou El-Qa`dah 1416 H

[1] Rapporté par Et-Tirmidhi, chapitre des « Nourritures » concernant ce qui est rapporté à propos de la consommation de l'huile d'olive (hadith 1971), par Ahmed (4/555) numéro (15625) et par El-Hâkim, chapitre de « L'exégèse » concernant l'exégèse de la Sourate En-Noûr (La Lumière), par l'intermédiaire d'Abou Oussayd رضي الله عنه. Ce hadith est jugé authentique par El-Albâni dans « Es-Sahîha » numéro (379).

[2] Rapporté par Mouslim, chapitre des « Boissons » (hadith 5473), par Abou Dâwoûd, chapitre des « Nourritures » (hadith 3822), par Et-Tirmidhi, chapitre des « Nourritures » (hadith 1955), par En-Nassâ'i, chapitre des « Serments et des vœux » concernant le fait que lorsque la personne jure de ne plus assaisonner sa nourriture puis elle mange du pain assaisonné avec du vinaigre (hadith 3812), par Ibn Mâdjah, chapitre des « Nourritures » concernant le fait d'assaisonner la nourriture avec du vinaigre (hadith 3442), par Ahmed (4/239) numéro (13849) par l'intermédiaire de Djâbir Ibn `Abd Allâh رضي الله عنهما.

[3] Rapporté par Abou Dâwoûd, chapitre de « La médecine » concernant les médicaments jugés détestés [par la Charia] (hadith 3876), par El-Beyhaqi dans ses « Sounane » (hadith 20173), par l’intermédiaire d’Abou Ed-Dardâ' رضي الله عنه. Voir : « Es-Silsila Es-Sahîha » d'El-Albâni (4/174).

[4] Rapporté par Ibn Hibbâne, chapitre de « La purification » concernant la souillure, par l'intermédiaire d'Oum Salama رضي الله عنها. Voir : « Ghâyat El-Marâm Fî Takhrîdj Ahâdîth El-Halâl Wel-Harâm» numéro (30).

[5] Rapporté par Mouslim, chapitre des « Boissons » (hadith 5255), par Abou Dâwoûd, chapitre des « Boissons » (hadith 3677) par l'intermédiaire de Anas رضي الله عنه.


30. Ceux qui disent : "Notre Seigneur est Allah", et qui se tiennent dans le droit chemin, les Anges descendent sur eux. "N’ayez pas peur et ne soyez pas affligés ; mais ayez la bonne nouvelle du Paradis qui vous était promis. [S41-V30][b]
34. La bonne action et la mauvaise ne sont pas pareilles. Repousse (le mal) par ce qui est meilleur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Médicaments à base d'alcool.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Médicaments à base d'alcool.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Médicaments à base d'alcool.
» Omarsons (?)
» gélatine alcool dans les medicaments et nourritures Halal ou Haram
» Bienvenu sur Vivre sans alcool
» Médicaments et alcool

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Islam Aarifa :: Questions / Réponse-
Sauter vers: