Forum Islam Aarifa



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Retrouvez tous les derniers sujets ici
Chers membres, pour une meilleure conduite du forum veuillez poster vos messages dans les sous-rubriques correspondants à votre sujet et au thème choisi. En cas de doute ou difficulté , nos modératrices sont à votre disposition. L'équipe Islam Aarifa vous remercie!

Partagez | 
 

 Questions sur l'islam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Iforever
Invité



MessageSujet: Questions sur l'islam   2013-03-14, 17:24

Bonjour à tous
Je suis musulmane et j aime ma religion mais il y a des choses que je ne comprend pas.
Notre religion est censée être une religion de paix et de tolérance, alors (ça va peut-être vous énerver) pourquoi est ce qu'il y a tellement de violence de la part de certains musulmans?

Alors c'est un peu long, mais voilà mes questions :
- Est-ce que le terrorisme est permis dans le Coran ? Je ne comprends pas comment on peut tuer des innocents au nom de la religion.
- Pourquoi la Charia dit qu'il faut couper la main aux voleurs ? Il serait plus envisageable de couper une main à quelqu'un qui a commis des crimes atroces qu'à quelqu'un qui a volé de la nourriture parce qu'il avait faim ou pour nourrir ses enfants qu'il ne pouvait pas supporter de voire affamés
- Est-ce que c'est permis de tuer au nom de la religion ?
- Pourquoi le Jihad alors que l'islam est une religion de paix ?
- Pourquoi la Charia dit de lapider les femmes adultères (je crois que ça ne concerne que les femmes d'après ce qu'on voit à la télé) ? Allah ne dit il pas de pardonner ? N'est-Il pas miséricordieux ?

Je ne blâmerai pas les non musulmans de nous détester ou d'avoir peur de nous parce que tout ce qu'on leur a montré de nous c'est le terrorisme, les mutilations, les lapidations.

J'ai toujours aimé ma religion et je l'aimerai toujours, mais la différence c'est qu'aujourd'hui je ne dit pas aux gens que je suis musulmane de peur d'être incomprise.
Je ne veux pas critiquer ma religion, j'aimerais juste des réponses à mes questions pour ne plus avoir de doutes et m'y consacrer.

voilà j'espère que vous me répondrez mes frères et mes sœur :)

Revenir en haut Aller en bas
Sonia75
7 Grades
7 Grades


Féminin Nombre de messages : 3935
Date d'inscription : 16/10/2012

MessageSujet: Re: Questions sur l'islam   2013-03-14, 17:27

Iforever a écrit:
Bonjour à tous
Je suis musulmane et j aime ma religion mais il y a des choses que je ne comprend pas.
Notre religion est censée être une religion de paix et de tolérance, alors (ça va peut-être vous énerver) pourquoi est ce qu'il y a tellement de violence de la part de certains musulmans?

Alors c'est un peu long, mais voilà mes questions :
- Est-ce que le terrorisme est permis dans le Coran ? Je ne comprends pas comment on peut tuer des innocents au nom de la religion.
- Pourquoi la Charia dit qu'il faut couper la main aux voleurs ? Il serait plus envisageable de couper une main à quelqu'un qui a commis des crimes atroces qu'à quelqu'un qui a volé de la nourriture parce qu'il avait faim ou pour nourrir ses enfants qu'il ne pouvait pas supporter de voire affamés
- Est-ce que c'est permis de tuer au nom de la religion ?
- Pourquoi le Jihad alors que l'islam est une religion de paix ?
- Pourquoi la Charia dit de lapider les femmes adultères (je crois que ça ne concerne que les femmes d'après ce qu'on voit à la télé) ? Allah ne dit il pas de pardonner ? N'est-Il pas miséricordieux ?

Je ne blâmerai pas les non musulmans de nous détester ou d'avoir peur de nous parce que tout ce qu'on leur a montré de nous c'est le terrorisme, les mutilations, les lapidations.

J'ai toujours aimé ma religion et je l'aimerai toujours, mais la différence c'est qu'aujourd'hui je ne dit pas aux gens que je suis musulmane de peur d'être incomprise.
Je ne veux pas critiquer ma religion, j'aimerais juste des réponses à mes questions pour ne plus avoir de doutes et m'y consacrer.

voilà j'espère que vous me répondrez mes frères et mes sœur :)





les gens ont fait la religion "à leur sauce"
pour ce qui est de la lapidation, je t'invite à parcourir les rubriques du forum, il me semble que cela a été traité.

Ps: je doute que tu sois musulmane: où es le salam aleykoum?
Mais pas de souci, peu importe qui tu es: welcome! :))
Revenir en haut Aller en bas
Iforever
Invité



MessageSujet: salam 'alaykoum :)   2013-03-14, 17:41

Je suis bien musulmane mais je ne parle pas arabe (même si j'aimerais bien) donc parfois j'oublie je suis désolée :S
Revenir en haut Aller en bas
Sonia75
7 Grades
7 Grades


Féminin Nombre de messages : 3935
Date d'inscription : 16/10/2012

MessageSujet: Re: Questions sur l'islam   2013-03-14, 17:50


Pas de souci oukhti :)
je te mets ce lien pour que tu comprennes l'importance du salam aleykoum, son sens quand on est musulman:

http://islam-aarifa.conceptforum.net/t3450-rappel-l-importance-du-salam?highlight=LE+SALAM

et sur la lapidation:

http://islam-aarifa.conceptforum.net/t947-est-ce-que-l-islam-approuve-la-lapidation?highlight=lapidation


il y a d'autres pages, je te laisse le soin de chercher inchaAllah.
Revenir en haut Aller en bas
sister B
9 Grades
9 Grades


Féminin Nombre de messages : 10441
Localisation : ...
Date d'inscription : 03/11/2011

MessageSujet: Re: Questions sur l'islam   2013-03-14, 21:43

ijkl

bienvenue a toi ma soeur,

pour repondre a tes questions, je t'invite a visionner cette video inchaAllah:

1)

"Autorisation est donnée à ceux qui sont attaqués parce que vraiment ils sont lésés; et Allah est certes Capable de les secourir, ceux qui ont été expulsés de leurs demeures, contre toute justice, simplement parce qu'ils disaient: "Allah est notre Seigneur". Si Allah ne repoussait pas les gens les uns par les autres, les ermitages seraient démolis, ainsi que les églises, les synagogues et les mosquées où le nom d'Allah est beaucoup invoqué. Allah soutient, certes, ceux qui soutiennent (Sa Religion). Allah est assurément Fort et Puissant." Coran,S22:V39,40.

http://islam-aarifa.conceptforum.net/t6255-le-djihad#37683


http://islam-aarifa.conceptforum.net/t4478-islam-religion-de-paix-et-de-misericorde?highlight=paix

2) au sujet de l'amputation

La préservation des biens



L’Islam protège avec vigilance les biens des individus en prescrivant des sanctions très sévères pour garantir leur préservation et les prémunir contre tout préjudice. C’est dans ce cadre qu’il a prescrit l’amputation de la main du voleur. Allah dit : « Le voleur et la voleuse, à tous deux coupez la main, en punition de ce qu’ils se sont acquis, et comme châtiment de la part d’Allah. Allah est Puissant et Sage. » [76].

L’amputation ne se pratique pas de façon aveugle et arbitraire, comme se l’imaginent ceux qui ne connaissent pas réellement l’Islam. Il faut absolument que certaines conditions soient réunies pour son application, si l’une de celles-ci venait à manquer ou s’il y a un doute, la peine n’est pas appliquée.

– Le bien doit être dans un abri que le voleur brise pour s’en approprier. Quant au bien exposé, sans protection, si le voleur s’en accapare, il n’y a pas d’amputation, mais le coupable doit subir une peine forfaitaire définie par l’autorité et qui assure la préservation des biens individuels. Dans ce cas, en effet, c’est le propriétaire du bien qui a été négligent en ne prenant pas soin de son bien.

Le motif du vol ne doit pas être la faim ou la soif, si tel est le cas, il n’y a pas d’amputation à appliquer conformément à ce qu’Oumar a fait l’année de la disette.

– La valeur de bien volé doit atteindre le seuil minimum légal. En dessous de ce seuil, il n’y a pas d’amputation.

Il est à noter que cette peine et les autres peines légales dans l’Islam ne sont appliquées qu’en cas d’absence de tout doute possible, car le Prophète a dit : « Repoussez, autant que vous le pouvez, les peines criminelles contre les Musulmans. Si vous trouvez une issue pour le Musulman, laissez-le, car il vaut mieux pour le souverain d’être indulgent par erreur que de sanctionner par erreur » [77].

Cependant, tout en repoussant l’application de la peine en cas de doute, la Charia islamique prescrit une sanction forfaitaire qui est moins sévère que la peine légale et est laissée à l’appréciation du juge. L’intensité de la peine varie selon le délit et le coupable et peut aller de l’emprisonnement à la flagellation en passant par le blâme ou l’amende etc., selon l’appréciation du juge.



De même, l’Islam a sévèrement interdit tout ce qui constitue une violation de la propriété matérielle, comme l’usurpation, l’appropriation injuste des terres ou des biens d’autrui, par escroquerie ou malversation. Allah dit : « Et ne dévorez pas mutuellement et illicitement vos biens. » [78] .

Celui qui se rend coupable de tels délits s’expose à une sévère punition le Jour de la Résurrection, car le Prophète a dit : « Quiconque s’approprie injustement le bien d’un Musulman, rencontrera Allah alors qu’Il est en colère contre lui » [79].

La Charia islamique somme l’usurpateur de restituer le bien spolié ; s’il l’a usé ou dilapidé, il doit en restituer le prix. Toutefois, si le propriétaire renonce à son droit, le coupable en est exempté, mais subit néanmoins une sanction disciplinaire.

Mieux, l’Islam a accordé au propriétaire le droit à la légitime défense pour mettre ses biens à l’abri de l’agresseur : même si cela aboutit à la mort de ce dernier, il n’y a pas de talion à faire. Si en revanche, le propriétaire est tué par l’agresseur, il est alors considéré comme un martyr, car le Prophète dit : « Quiconque est tué en défendant ses biens est un martyr » [80].



3) pour la lapidation voir les liens que sonia a mit...



 
kljiio
♥♥♥"Allah est le Plus doux au-delà de toute douceur, Le Plus Aimant au-delà de tout amour..."♥♥♥  
La Illaha Illa Anta sobhanaka inni kountou min Edhalimin.♥ 
   Salam Alaykoum
Revenir en haut Aller en bas
Iforever
Invité



MessageSujet: merci :)   2013-03-15, 00:07



merci beaucoup pour ta réponse sœur balquis. Donc si je comprends bien, il faut que la chose volée soit protégée dans un endroit fermé et qu'elle ne soit volée pour un autre motif que la faim ou la soif pour appliquer l'amputation.

Alors les terroristes au Mali qui coupent les mains des gens qui volent pour manger sont dans le tord, c'est ça ?

d'ailleurs je me demande si le terrorisme est autorisé en islam ???
Revenir en haut Aller en bas
sister B
9 Grades
9 Grades


Féminin Nombre de messages : 10441
Localisation : ...
Date d'inscription : 03/11/2011

MessageSujet: Re: Questions sur l'islam   2013-03-15, 00:50

salam-alikum1

Tuer des non-musulmans pour se venger ?
par sheikh Salih al Fawzan

L’éminent savant, SHeikh Sâlih al-Fawzân (qu’Allâh le préserve), a dit que tuer des non-musulmans pour venger des attaques perpétrées contre un certain nombre de musulmans, ne relève point du Djihâd sur le chemin d’Allâh, et n’est pas conforme aux enseignements authentiques de l’Islâm. Car cette religion rejette avec force ce genre d’actes criminels. De plus, cela ne peut qu’être nuisible à l’action de l’appel islamique. Les actes criminels commis contre les innocents, les explosions et tous les actes destructeurs sont formellement interdits en Islâm. De plus, ils engendrent des conséquences nuisibles aux intérêts des musulmans.
Est-ce que le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) et ses compagnons à la Mecque tuaient les non-musulmans ? Jamais ! Au contraire, ils s’abstenaient de faire ces choses. Est-ce qu’ils se sont permis de s’approprier les biens des non-musulmans lorsqu’ils étaient à la Mecque ? Jamais ! Ils s’abstenaient de faire ces choses. Il leur a été ordonné uniquement d’appeler à l’Islâm et de transmettre le message seulement. [1]
Notes

[1] Fatâwa ’Oulémâ al-Balad al-Harâm, p.104

LE DANGER DU TERRORISME:

http://3ilm.char3i.over-blog.com/article-le-danger-du-terrorisme-86782376.html



 
kljiio
♥♥♥"Allah est le Plus doux au-delà de toute douceur, Le Plus Aimant au-delà de tout amour..."♥♥♥  
La Illaha Illa Anta sobhanaka inni kountou min Edhalimin.♥ 
   Salam Alaykoum
Revenir en haut Aller en bas
islam7
2 Grades
2 Grades


Féminin Nombre de messages : 181
Localisation : kazimme
Date d'inscription : 24/10/2012

MessageSujet: Re: Questions sur l'islam   2013-03-15, 19:29

Iforever a écrit:
Je suis bien musulmane mais je ne parle pas arabe (même si j'aimerais bien) donc parfois j'oublie je suis désolée :S
hjbbng http://www.youtube.com/watch?v=dkJD8TVqJHMil il ya 10 seance
Revenir en haut Aller en bas
chemssi5
2 Grades
2 Grades


Masculin Nombre de messages : 142
Age : 25
Localisation : Antibes
Date d'inscription : 15/03/2013

MessageSujet: Re: Questions sur l'islam   2013-03-15, 19:43

Allah, l’Exalté, a déclaré dans le Qur'an:

"Les croyants et les croyantes sont alliés les uns des autres. Ils commandent le convenable, interdisent le blâmable, accomplissent la Salat, acquittent la Zakat et obéissent à Allah et à Son Messager. Voilà ceux auxquels Allah fera miséricorde, car Allah est Puissant et Sage.."

 [Qur’an 9:71]

On rapporte que le Prophète (Salut et bénédictions d’Allah sur lui) a dit :

"Quiconque parmi vous remarque un  'munkar' (une violation des ordres d’ Allah), il doit le corriger de ses mains, et s’il n’est pas capable de faire cela, il doit l’interdire avec sa langue; et s’il n’est pas capable de faire cela non plus, il doit au moins le considérer comme un mal dans son cœur ; et  ceci  est le plus bas degré de la foi.." [Mouslim].

Il s’ensuit de ce Hadith que corriger une violation des ordres d’Allah par la main est le meilleur moyen. Maintenant, demandons-nous : Quelle est la plus grande violation des ordres d’Allah ? La réponse est simple d’après le Qur’an : La croyance en Allah et/ou associer d’autres à Allah. Et quelle est la meilleure méthode de mettre fin à ces violations par la main? La réponse, à nouveau, est claire : le Jihad fi sabilillah (combattre dans le chemin d’Allah). De nombreux versets du Qur'an et de nombreuses traditions du Prophète (Salut et bénédictions d’Allah sur lui) clarifie sans aucun doute ce point.

Donc, il s’ensuit que les femmes et les hommes se soutiennent les uns les autres dans cette importante obligation qu’est le Jihad en accord avec l’esprit du Qur'an et des traditions prophétiques.

Et quand le Jihad est Fard 'Ayn (une obligation individuelle comme prier et jeûner  -  quand une personne qui s’y engage ne retire pas la responsabilité des autres), comme c’est le cas en ce moment  à cause de la domination de l’ennemi sur plusieurs terres musulmanes, l’obligation de participer au Jihad concerne les hommes et les femmes. Nulle part les savants n’ont déclaré que seuls les hommes devaient s’engager dans le Jihad et que les femmes ne devaient pas y participer. En fait, les livres de Fiqh ont clairement inclus les femmes et ont aussi mentionné la règle, par exemple, que quand le Jihad est Fard 'Ayn, une femme n’a pas besoin de la permission de son mari, de son père ou de son waliy (tuteur) pour s’engager dans le travail du Jihad, tout comme elle n’a pas besoin de la permission de son mari ou de son père pour faire ses prières quotidiennes, pour jeûner  Ramadan ou pour payer la Zakah (Notez que voyager très loin pour le Jihad peut comporter des règles supplémentaires dans les livres de Fiqh).

La question, ici, n’est pas de savoir si la participation des femmes au Jihad de nos jours est une obligation ou pas, mais plutôt comment les femmes musulmanes peuvent-elles participer à cette noble cause et ainsi ne pas tomber dans le pêché que représente l’abandon du Jihad.

Il y a de nombreuses façons pour les femmes musulmanes de participer au Jihad, soit en accompagnant les Moujahideen sur le champ de bataille ou en restant derrière. 
Revenir en haut Aller en bas
chemssi5
2 Grades
2 Grades


Masculin Nombre de messages : 142
Age : 25
Localisation : Antibes
Date d'inscription : 15/03/2013

MessageSujet: Re: Questions sur l'islam   2013-03-15, 19:46

Le jihad est une obligation
Revenir en haut Aller en bas
sister B
9 Grades
9 Grades


Féminin Nombre de messages : 10441
Localisation : ...
Date d'inscription : 03/11/2011

MessageSujet: Re: Questions sur l'islam   2013-03-15, 20:08

salam-alikum1

veuillez passer le salam avant de poster frere chemsi15

http://islam-aarifa.conceptforum.net/t3450-rappel-l-importance-du-salam?highlight=salam

barakaAllahoufik pour cet article...


 
kljiio
♥♥♥"Allah est le Plus doux au-delà de toute douceur, Le Plus Aimant au-delà de tout amour..."♥♥♥  
La Illaha Illa Anta sobhanaka inni kountou min Edhalimin.♥ 
   Salam Alaykoum
Revenir en haut Aller en bas
chemssi5
2 Grades
2 Grades


Masculin Nombre de messages : 142
Age : 25
Localisation : Antibes
Date d'inscription : 15/03/2013

MessageSujet: Re: Questions sur l'islam   2013-03-15, 20:12

Excusez moi pour mon erreur
Revenir en haut Aller en bas
chemssi5
2 Grades
2 Grades


Masculin Nombre de messages : 142
Age : 25
Localisation : Antibes
Date d'inscription : 15/03/2013

MessageSujet: Re: Questions sur l'islam   2013-03-15, 20:22

Salam aleykom


Le rôle des sœurs sur le champ de bataille

1.       Participer au combat en cours

2.       Supporter les combattants sur le champ de bataille

3.       Devoir de garde et de protection


1. Participation au combat en cours

Alors que le Jihad (ou Qital) est général levé par les hommes, il y a des preuves claires qui montrent que la participation des femmes au Jihad – que ce soit au temps du Prophète (Salut et bénédictions d’Allah sur lui) ou au travers de l’histoire islamique, jusqu’à nos jours. Alors que les exemples sont trop nombreux pour les inclure dans un paragraphe court, quelques exemples sont brièvement mentionnés ci-dessous:

Nusayba bint Ka'b, aussi connue sous le nom de Umm 'Ammarah, mère des Shouhadaa, et femme du brave Sahabi. Elle participa dans sa vie plus d’une fois au combat physique, et fut gravement blessée à l’occasion de la bataille de Uhud, elle perdit un bras dans la bataille contre Moussaylama Kaddhab. La plus célèbre de ses participations est celle à la batille de Uhud, où, en plaine confusion au milieu de l’armée musulmane, elle fut parmi les peu nombreux qui restèrent auprès du Prophète (Salut et bénédictions d’Allah sur lui), et qui le protégèrent de leurs corps. Le Prophète (Salut et bénédictions d’Allah sur lui) fit remarquer après la bataille : « Quand je regardais à a droite  je voyais Umm Ammarah, et quand je regardais à ma gauche,  je voyais   Umm Ammarah ».  Après la bataille, le Prophète (Salut et bénédictions d’Allah sur lui) la questionna au sujet de ses blessures et lui demanda ce qu’elle désirait. Elle répondit qu’elle voulait la compagnie du Prophète (Salut et bénédictions d’Allah sur lui) au Paradis – et sa demande fut acceptée par le Prophète (Salut et bénédictions d’Allah sur lui). Que peut-on désirer de plus? Elle a atteint les plus grandes bénédictions par sa participation au Qital (combat dans le chemin d’Allah).

Puis nous avons la femme du grand héros musulman Mahmud Qutus, qui était une Moujahida émérite (féminin du mot Moujahid  - combattant au nom d’Allah), et qui fut martyre  alors qu’elle combattait contre l’armée des  barbares Mongols. Allah, Le Très Haut, accorda dans cette bataille une grande victoire aux musulmans contre les Tatars (Mongols) par le sacrifice de grandes femmes entre autres.

Et pour en venir à notre époque, nous avons notre bien aimée sœur, Shahidah Hawaa' Barayev, qui fut récemment martyre en Tchétchènie lors d’une opération martyre en solo dans laquelle 27 Russes furent tués et de nombreux autres blessés.

Il faut notre que le combat physique est un rôle assigné en priorité aux hommes, à la fois par le Prophète (Salut et bénédictions d’Allah sur lui) et par ceux qui sont venus après lui. Cependant, quand le besoin s’en fait sentir, nos braves sœurs n’ont jamais tourné le dos au combat, et ne devrait jamais le faire maintenant!

Note aux sœurs qui veulent de nos jours participer aux combats:

Par la grâce d’Allah, Le Très Haut, la situation de la Ummah n’est pas encore désespérée au point que les femmes soient appelées pour combattre. On conseille aux sœurs qui veulent volontairement se joindre à la bataille en vue de la récompense d’Allah, de ne pas y aller à moins que le chef du Jihad de cet endroit n’appelle les sœurs à se battre. Quant aux autres formes d’aide, elles peuvent y aller si les Moujahideen sont capables de les loger et de les protéger. Cependant, les sœurs devraient vraiment être préparées!

2. Soutien aux combattants sur le champ de bataille

Il y a plusieurs façons pour les sœurs musulmanes de soutenir les Moujahideen directement sur le champ de bataille. Elles peuvent varier en fonction de la nature du combat. En général, ce peut être entre autres : 

Aide médicale  - S’occuper des Moujahideen blessés était un rôle assigné aux Sahabiyyat (Compagnons femmes du Prophète) au temps du Prophète Mouhammad (Salut et bénédictions d’Allah sur lui). Parmi les femmes qui y participèrent, il y eut  Aaishah, la femme du Prophète, et Fatima, sa fille entre autres.

En Tchétchènie même, alors que les femmes musulmanes ne peuvent pas voyager avec les Moujahideen, nous voyons des sœurs travaillant comme infirmières et s’occupant des maigres ressources médicales disponibles pour les Moujahideen. Qu’Allah , Le Très Haut, les récompense pour leur participation. 

Photos d’infirmières musulmanes s’occupant de Moujahideen blessés, Vedeno le 17 décembre 1999.



Approvisionner les Moujahideen en nourriture et en eau – Ceci était une autre tâche assignée aux Sahabiyyat, qui portaient des outres d’eau en plus de leur matériel de première aide et qui étanchaient la soif des Moujahideen dans la chaleur de la bataille. De nos jours, il peut être considéré comme quelque peu analogue de fournir aux Moujahideen de la nourriture et de l’eau et de s’occuper de leurs autres besoins alors qu’ils sont engagés dans le combat. Un tel rôle fut assigné aux sœurs aux moins dans quelques cas lors du Jihad en Afghanistan dans les années 1980.

Fournir des armes et des munitions  - Ceci est un autre domaine où les sœurs peuvent aider. Une sœur d’une cinquantaine d’années a apporté des armes et des munitions aux musulmans bosniaques en passant par les montagnes car elle savait que l’ennemi ne la suspecterait pas.

Encourager les Moujahideen a rester fermes  - La plus célèbre dans cet aspect était la tante du Prophète (salut et bénédictions d’Allah sur lui), la sœur de Sayyid-ush-Shouhadaa' (le maître des martyrs) Hamza, la mère de Zubair bin 'Awwam (un autre grand sahabi) - Safiyyah bint Abdul Muttalib. Quand elle fut prête à participer à la batille de Uhud, elle porta avec elle une lance (ou un poignard). Les compagnons informèrent le Prophète (salut et bénédictions d’Allah sur lui)  de ceci, et il lui demanda ce qu’elle allait faire de cela. Elle répondit qu’elle resterait derrière l’armée et s’en servirait pour frapper les musulmans qui oseraient s’enfuir de la bataille – et ce rôle, elle le joua très bien. Hind bint 'Utbah, après avoir embrassé l’Islam,  était aussi connue pour accompagner les Moujahideen lors des batailles et elle les encourageait à combattre et à rester fermes pour Allah , Le Très Haut. 

3. Devoir de garde et de protection

Safiyyah bint Abdul Muttalib fit partie des femmes qui accomplirent ce devoir pendant la bataille du Fossé (Ahzab ou Khandaq), quand l’armée musulmane devait être protégée par l’arrière. Le danger venait des tribus juives connues pour leur inimitié et leur tricherie envers les musulmans. Elle était dans une tente avec une autre femme et un sahabi malade (Hassan bin Thabit). Elle remarqua un espion ennemi en train d’approcher, et demanda à Hassan de le tuer. Hassan exprima son incapacité à le faire  à cause de son état. Elle traqua alors l’ennemi, arriva par derrière lui, le frappa et le tua avec un piquet de la tente. 

On rapporte de la même façon qu’une autre brave sœur, compagnon du Pophète (Salut et bénédictions d’Allah sur lui), Asma bint Yazid, tua aussi neuf soldats d’un groupe ennemi  qui avaient décidé d’attaquer une tente de femmes et d’enfants. Le reste des soldats s’enfuirent, craignant pour leur vie. 

Allahou Akbar! Un tel courage de la part de femmes fait honte à de nombreux "hommes" de nos jours. 

 

Le rôle des sœurs en dehors du champ de bataille:

1. Elever des enfants Moujahideen
2. Entraînement physique
3. Encourager ceux qu’on aime à aller au Jihad
4. Former à a médecine de combat et à l’aide première urgence
5. Sur le plan théorique
6. Collecter des fonds
7. Dou’a
Revenir en haut Aller en bas
chemssi5
2 Grades
2 Grades


Masculin Nombre de messages : 142
Age : 25
Localisation : Antibes
Date d'inscription : 15/03/2013

MessageSujet: Re: Questions sur l'islam   2013-03-15, 20:36

ALLAH U AKBAR ! UN TEL COURAGE DE LA PART DE FEMMES FAIT HONTE À DE NOMBREUX "hommes" DE NOS JOURS.
Revenir en haut Aller en bas
chemssi5
2 Grades
2 Grades


Masculin Nombre de messages : 142
Age : 25
Localisation : Antibes
Date d'inscription : 15/03/2013

MessageSujet: Re: Questions sur l'islam   2013-03-15, 21:16

 

Allah, l’Exalté, a déclaré dans le Qur'an:

"Les croyants et les croyantes sont alliés les uns des autres. Ils commandent le convenable, interdisent le blâmable, accomplissent la Salat, acquittent la Zakat et obéissent à Allah et à Son Messager. Voilà ceux auxquels Allah fera miséricorde, car Allah est Puissant et Sage.."

 [Qur’an 9:71]

On rapporte que le Prophète (Salut et bénédictions d’Allah sur lui) a dit :

"Quiconque parmi vous remarque un  'munkar' (une violation des ordres d’ Allah), il doit le corriger de ses mains, et s’il n’est pas capable de faire cela, il doit l’interdire avec sa langue; et s’il n’est pas capable de faire cela non plus, il doit au moins le considérer comme un mal dans son cœur ; et  ceci  est le plus bas degré de la foi.." [Mouslim].

Il s’ensuit de ce Hadith que corriger une violation des ordres d’Allah par la main est le meilleur moyen. Maintenant, demandons-nous : Quelle est la plus grande violation des ordres d’Allah ? La réponse est simple d’après le Qur’an : La croyance en Allah et/ou associer d’autres à Allah. Et quelle est la meilleure méthode de mettre fin à ces violations par la main? La réponse, à nouveau, est claire : le Jihad fi sabilillah (combattre dans le chemin d’Allah). De nombreux versets du Qur'an et de nombreuses traditions du Prophète (Salut et bénédictions d’Allah sur lui) clarifie sans aucun doute ce point.

Donc, il s’ensuit que les femmes et les hommes se soutiennent les uns les autres dans cette importante obligation qu’est le Jihad en accord avec l’esprit du Qur'an et des traditions prophétiques.

Et quand le Jihad est Fard 'Ayn (une obligation individuelle comme prier et jeûner  -  quand une personne qui s’y engage ne retire pas la responsabilité des autres), comme c’est le cas en ce moment  à cause de la domination de l’ennemi sur plusieurs terres musulmanes, l’obligation de participer au Jihad concerne les hommes et les femmes. Nulle part les savants n’ont déclaré que seuls les hommes devaient s’engager dans le Jihad et que les femmes ne devaient pas y participer. En fait, les livres de Fiqh ont clairement inclus les femmes et ont aussi mentionné la règle, par exemple, que quand le Jihad est Fard 'Ayn, une femme n’a pas besoin de la permission de son mari, de son père ou de son waliy (tuteur) pour s’engager dans le travail du Jihad, tout comme elle n’a pas besoin de la permission de son mari ou de son père pour faire ses prières quotidiennes, pour jeûner  Ramadan ou pour payer la Zakah (Notez que voyager très loin pour le Jihad peut comporter des règles supplémentaires dans les livres de Fiqh).

La question, ici, n’est pas de savoir si la participation des femmes au Jihad de nos jours est une obligation ou pas, mais plutôt comment les femmes musulmanes peuvent-elles participer à cette noble cause et ainsi ne pas tomber dans le pêché que représente l’abandon du Jihad.

Il y a de nombreuses façons pour les femmes musulmanes de participer au Jihad, soit en accompagnant les Moujahideen sur le champ de bataille ou en restant derrière. 

Le rôle des sœurs sur le champ de bataille

1.       Participer au combat en cours

2.       Supporter les combattants sur le champ de bataille

3.       Devoir de garde et de protection


1. Participation au combat en cours

Alors que le Jihad (ou Qital) est général levé par les hommes, il y a des preuves claires qui montrent que la participation des femmes au Jihad – que ce soit au temps du Prophète (Salut et bénédictions d’Allah sur lui) ou au travers de l’histoire islamique, jusqu’à nos jours. Alors que les exemples sont trop nombreux pour les inclure dans un paragraphe court, quelques exemples sont brièvement mentionnés ci-dessous:

Nusayba bint Ka'b, aussi connue sous le nom de Umm 'Ammarah, mère des Shouhadaa, et femme du brave Sahabi. Elle participa dans sa vie plus d’une fois au combat physique, et fut gravement blessée à l’occasion de la bataille de Uhud, elle perdit un bras dans la bataille contre Moussaylama Kaddhab. La plus célèbre de ses participations est celle à la batille de Uhud, où, en plaine confusion au milieu de l’armée musulmane, elle fut parmi les peu nombreux qui restèrent auprès du Prophète (Salut et bénédictions d’Allah sur lui), et qui le protégèrent de leurs corps. Le Prophète (Salut et bénédictions d’Allah sur lui) fit remarquer après la bataille : « Quand je regardais à a droite  je voyais Umm Ammarah, et quand je regardais à ma gauche,  je voyais   Umm Ammarah ».  Après la bataille, le Prophète (Salut et bénédictions d’Allah sur lui) la questionna au sujet de ses blessures et lui demanda ce qu’elle désirait. Elle répondit qu’elle voulait la compagnie du Prophète (Salut et bénédictions d’Allah sur lui) au Paradis – et sa demande fut acceptée par le Prophète (Salut et bénédictions d’Allah sur lui). Que peut-on désirer de plus? Elle a atteint les plus grandes bénédictions par sa participation au Qital (combat dans le chemin d’Allah).

Puis nous avons la femme du grand héros musulman Mahmud Qutus, qui était une Moujahida émérite (féminin du mot Moujahid  - combattant au nom d’Allah), et qui fut martyre  alors qu’elle combattait contre l’armée des  barbares Mongols. Allah, Le Très Haut, accorda dans cette bataille une grande victoire aux musulmans contre les Tatars (Mongols) par le sacrifice de grandes femmes entre autres.

Et pour en venir à notre époque, nous avons notre bien aimée sœur, Shahidah Hawaa' Barayev, qui fut récemment martyre en Tchétchènie lors d’une opération martyre en solo dans laquelle 27 Russes furent tués et de nombreux autres blessés.

Il faut notre que le combat physique est un rôle assigné en priorité aux hommes, à la fois par le Prophète (Salut et bénédictions d’Allah sur lui) et par ceux qui sont venus après lui. Cependant, quand le besoin s’en fait sentir, nos braves sœurs n’ont jamais tourné le dos au combat, et ne devrait jamais le faire maintenant!

Note aux sœurs qui veulent de nos jours participer aux combats:

Par la grâce d’Allah, Le Très Haut, la situation de la Ummah n’est pas encore désespérée au point que les femmes soient appelées pour combattre. On conseille aux sœurs qui veulent volontairement se joindre à la bataille en vue de la récompense d’Allah, de ne pas y aller à moins que le chef du Jihad de cet endroit n’appelle les sœurs à se battre. Quant aux autres formes d’aide, elles peuvent y aller si les Moujahideen sont capables de les loger et de les protéger. Cependant, les sœurs devraient vraiment être préparées!

2. Soutien aux combattants sur le champ de bataille

Il y a plusieurs façons pour les sœurs musulmanes de soutenir les Moujahideen directement sur le champ de bataille. Elles peuvent varier en fonction de la nature du combat. En général, ce peut être entre autres : 

Aide médicale  - S’occuper des Moujahideen blessés était un rôle assigné aux Sahabiyyat (Compagnons femmes du Prophète) au temps du Prophète Mouhammad (Salut et bénédictions d’Allah sur lui). Parmi les femmes qui y participèrent, il y eut  Aaishah, la femme du Prophète, et Fatima, sa fille entre autres.

En Tchétchènie même, alors que les femmes musulmanes ne peuvent pas voyager avec les Moujahideen, nous voyons des sœurs travaillant comme infirmières et s’occupant des maigres ressources médicales disponibles pour les Moujahideen. Qu’Allah , Le Très Haut, les récompense pour leur participation. 

Photos d’infirmières musulmanes s’occupant de Moujahideen blessés, Vedeno le 17 décembre 1999.



Approvisionner les Moujahideen en nourriture et en eau – Ceci était une autre tâche assignée aux Sahabiyyat, qui portaient des outres d’eau en plus de leur matériel de première aide et qui étanchaient la soif des Moujahideen dans la chaleur de la bataille. De nos jours, il peut être considéré comme quelque peu analogue de fournir aux Moujahideen de la nourriture et de l’eau et de s’occuper de leurs autres besoins alors qu’ils sont engagés dans le combat. Un tel rôle fut assigné aux sœurs aux moins dans quelques cas lors du Jihad en Afghanistan dans les années 1980.

Fournir des armes et des munitions  - Ceci est un autre domaine où les sœurs peuvent aider. Une sœur d’une cinquantaine d’années a apporté des armes et des munitions aux musulmans bosniaques en passant par les montagnes car elle savait que l’ennemi ne la suspecterait pas.

Encourager les Moujahideen a rester fermes  - La plus célèbre dans cet aspect était la tante du Prophète (salut et bénédictions d’Allah sur lui), la sœur de Sayyid-ush-Shouhadaa' (le maître des martyrs) Hamza, la mère de Zubair bin 'Awwam (un autre grand sahabi) - Safiyyah bint Abdul Muttalib. Quand elle fut prête à participer à la batille de Uhud, elle porta avec elle une lance (ou un poignard). Les compagnons informèrent le Prophète (salut et bénédictions d’Allah sur lui)  de ceci, et il lui demanda ce qu’elle allait faire de cela. Elle répondit qu’elle resterait derrière l’armée et s’en servirait pour frapper les musulmans qui oseraient s’enfuir de la bataille – et ce rôle, elle le joua très bien. Hind bint 'Utbah, après avoir embrassé l’Islam,  était aussi connue pour accompagner les Moujahideen lors des batailles et elle les encourageait à combattre et à rester fermes pour Allah , Le Très Haut. 

3. Devoir de garde et de protection

Safiyyah bint Abdul Muttalib fit partie des femmes qui accomplirent ce devoir pendant la bataille du Fossé (Ahzab ou Khandaq), quand l’armée musulmane devait être protégée par l’arrière. Le danger venait des tribus juives connues pour leur inimitié et leur tricherie envers les musulmans. Elle était dans une tente avec une autre femme et un sahabi malade (Hassan bin Thabit). Elle remarqua un espion ennemi en train d’approcher, et demanda à Hassan de le tuer. Hassan exprima son incapacité à le faire  à cause de son état. Elle traqua alors l’ennemi, arriva par derrière lui, le frappa et le tua avec un piquet de la tente. 

On rapporte de la même façon qu’une autre brave sœur, compagnon du Pophète (Salut et bénédictions d’Allah sur lui), Asma bint Yazid, tua aussi neuf soldats d’un groupe ennemi  qui avaient décidé d’attaquer une tente de femmes et d’enfants. Le reste des soldats s’enfuirent, craignant pour leur vie. 

Allahou Akbar! Un tel courage de la part de femmes fait honte à de nombreux "hommes" de nos jours. 

 

Le rôle des sœurs en dehors du champ de bataille:

1. Elever des enfants Moujahideen
2. Entraînement physique
3. Encourager ceux qu’on aime à aller au Jihad
4. Former à a médecine de combat et à l’aide première urgence
5. Sur le plan théorique
6. Collecter des fonds
7. Dou’a

 

1. Elever des enfants Moujahideen

C’est peut être le rôle le plus important  que les femmes puissent jouer dans le Jihad – élever leurs enfants pour qu’ils soient braves et aimant, courageux et sensible, et ne craignant nulle autre qu’Allah. Les élever non seulement en esprit, mais aussi en terme d’aptitude physique et d’entraînement. Et ne pas élever ainsi que les garçons mais aussi les filles. La clé est de commencer à instiller ses valeurs en eux alors qu’ils ne sont que des bébés. N’attendez pas qu’ils aient 7 ans pour commencer, car il se peut qu’il soit alors trop tard! Quelques petits conseils que les sœurs peuvent mettre en pratique sans difficulté sont notés ci-dessous:

1. Au moment de les coucher, lisez aux enfants des histoires de Shouhadaa et de Moujahideen. Vous trouverez beaucoup d’histoires comme ça dans la vie du Prophète (Salut et bénédictions d’Allah sur lui),  des Sahabah, et dans l’histoire de l’islam, y compris à l’époque contemporaine.

2. Insister, en apprenant la discipline aux jeunes enfants, sur le fait qu’ils ne doivent pas frapper un musulman, mais plutôt pardonner, et ne laisser aller leur colère que contre les ennemis d’Allah qui combattent les musulmans. Leur enseigner la signification de "Ashiddaa-ou 'alal kuffari ruhamaa-ou baynahum" (Implacables contre les mécréants et miséricordieux entre eux). Fabriquer un simulacre d’ennemi (cela peut être un punching ball par exemple) si vous en avez, et encourager l’enfant (en particulier les garçons) à l’utiliser et donc à se renforcer en même temps que d’apprendre à contrôler et à diriger leur colère. 

3. Eliminer complètement votre télévision si vous le pouvez (elle enseignement principalement la timidité, l’anarchie, et banalise la violence)  et garder un œil sur l’école dans laquelle va votre enfant.  En plus du contenu hautement dommageable de la télévision en général, un autre de ses aspects négatifs est la paresse et la passivité qu’elle produit, et les pertes mentales et physiques auxquels elle contribue. Comparez ceci à l’aspect bénéfique pour sa santé que serait d’engager l’enfant dans des jeux et des sports qui lui profiteraient en terme de discipline et de force physique. 

4. Si vous ne pouvez pas complètement éliminer la télévision, alors au moins ne l’utiliser que pour montrer à l’enfant des vidéos qui instilleront en lui l’amour d’Allah, l’amour de l’Islam, l’amour des Moujahideen, et l’amour du Jihad fi sabilillah. De nombreuses vidéos islamiques ainsi que des vidéos d’entraînements militaires sont disponibles en divers endroits. 

5. Seulement si vous avez appliqué les article 3 et 4 ci-dessus, ce serait une bonne idée de commencer à entraîner votre jeune enfant au tir (via des jouets tout à fait inoffensifs).  Expliquez bien qui doit être leur cible et qui ils ne doivent pas viser. Ceci peut être fait avec des armes en jouet et des jouets militaires, aussi bien qu’en les inscrivant à des sports qui développent la bonne coordination œil-main, comme les fléchettes et le tir à l’arc. Si vous pouvez partager le temps que vous passez avec vos enfants et jouer avec des jeux militaires d’une façon amusante, et leur donner de l’intérêt en cela (comme s’opposer à d’autres jeux et sports grandement inutiles mais très populaires), alors cela sera compté insha'Allah comme du Jihad en soi (puisque la préparation au Jihad fait partie du Jihad). Vous pouvez pratiquer devant eux, chez vous, en utilisant leurs jouets.  Les enfants apprennent en imitant ce que les adultes font. Insha'Allah vous les trouverez intéressés et imitant vos actions  et ils deviendront des experts disciplinés avant que vous ne le sachiez. Bien sûr, si vous possédez une véritable arme, alors s’il vous plait, conservez-là totalement hors de portée des jeunes enfants et ne l’utilisez pas non plus devant eux. 

6. Certains sports et activités qui seront un avantage dans l’entraînement pour le Jihad pour vos jeunes enfants (et vous-mêmes), en plus d’être excellent, bon pour la santé et marrant : 

Entraînement aux arts martiaux
Natation
Tir à l’arc
Tir ciblé (avec différentes sortes d’armes en jouet)
Fléchettes
Equitation
Orientation (apprendre à retrouver son chemin dans les bois)
Exercices pour renforcer l’endurance (courir, faire des pompes, etc.) 
Skier
Conduire (différents véhicules)
Entraînement au camping et à la survie (une méthode excellente et agréable de s’entraîner!)

 

7. Intéressez votre jeune enfant au Jihad en achetant des livres militaires (avec des photos de préférence) et d’autres livres du même genre, des CD, des vidéos en visitant des sites web comme www.qoqaz.net avec votre enfant, et en utilisant d’autres ressources d’internet. Montrez-leur des photos des Moujahideen et encouragez-les au moins à devenir comme ces gens. Ces activités peuvent être faites avec les enfants dès l’âge de deux ans et même plus jeunes. Ne sous estimez pas l’effet final de ce que ses petites oreilles entendent et de ce que ses petits yeux voient pendant les premières années de sa vie! Aucun enfant n’est trop jeune pour être initié au Jihad d’une façon ou d’une autre, le minimum étant de simples mots d’encouragement et des versets du Qur’an  que le jeune enfant n’oubliera jamais insha Allah.

8. Les jeux vidéo ne doivent pas être préférés à l’entraînement physique réel et à l’expérience pratique  pour la même raison que celle pour laquelle la télévision est déconseillée. Cependant,  si un enfant doit avoir des jeux vidéo pour une raison ou une autre, alors des jeux militaires et des jeux de stratégie de guerre non violent et animé (si cela existe!) doivent être préférés aux autres jeux populaires mais franchement inutiles. Commencez à travailler avec vos enfants alors qu’ils sont très jeunes, corrigez ses priorités. Alors Insha Allah vous et eux n’aurez pas à faire face aux bagarres internes quand ils commenceront à être plus vieux et plus impliqués dans la  dunya'. Peut-être ne voudront-ils même pas de jeux vidéo ce qui est le mieux. Et Allah est plus Savant. 

9. Une mère connaît très bien les capacités de ses enfants. En fonction de cela, elle peut encourager ses enfants  aux aspects du Jihad correspondant. Notez que la participation au Jihad peut se faire de différentes façons. Par exemple,  un physicien nucléaire peut aider à renforcer le système de défense nationale des musulmans, un expert en communication peut l’assister,  un expert en ordinateur peut mettre ses connaissances au service des Moujahideen, un journaliste peut aider à la cause du Jihad en apportant des informations authentiques au monde, et un docteur ou une infirmière peut aider les Moujahideen au point de vue médical. Il est nécessaire à l’enfant que ses buts soient clairs, ainsi que soit clair ce qui ne fait partie de ses projets, en prenant une profession donnée – que son but est de servir Allah de la façon la plus haute (à travers le Jihad) et non pas d’accumuler les biens et le confort physiques en soient. On doit souligner ici que, quelle que soit la profession qu’il choisit, même si c’est en vue du Jihad, l’entraînement militaire est une obligation. En fait, l’entraînement militaire est le droit de l’enfant sur ses parents.

 

2. Entraînement physique

Il y a deux raisons principales pour lesquelles les sœurs elles-mêmes ont besoin de recevoir un entraînement militaire :

1. Pour pouvoir participer elles-mêmes :

En particulier, les aspects utiles de l’entraînement militaire des femmes sont :

Les armes à feu – Apprendre à tirer avec une arme, et en garder une quand c’est possible est quelque chose qui ne peut pas être surpassé en valeur. Imaginez si toutes les femmes possédaient cela dans une société musulmane! Imaginez combien de sœurs auraient ainsi pu échapper au viol et au meurtre aux mains des barbares. Imaginez combien de barbares auraient pu être blessés avant de prendre nos sœurs. Au moins nos sœurs auraient pu contribuer au Jihad avant d’être elles-mêmes tuées, au lieu d’être des victimes faciles complètement désarmées. Les barbares et les violeurs russes en Tchétchènie y penseraient à deux fois avant d’essayer d’arrêter et de torturer les femmes s’ils craignaient ce genre de représailles. 

L’autodéfense et le combat au corps à corps – L’autodéfense physique et particulièrement contre l’agression et le viol est une aptitude importante que TOUTES les sœurs, qu’elles vivent ou non dans une zone potentielle de guerre, ont besoin d’apprendre.  Cet entraînement est en général facilement disponible et utilise des techniques qui donne mêmes aux femmes faibles et frêles un avantage sur leur agresseur. Les avantages d’un tel entraînement sont évident et nécessitent principalement l’esprit et le cœur. 

Renforcer l’endurance – Toute forme de participation militaire requiert une grande dose d’endurance.  Les sœurs ont besoin de renforcer leur endurance, à la fois physique et émotionnelle. Engagez-vous dans un programme d’exercices correct et essayez d’imaginez et de mettre en images ce que le Jihad serait et imaginez le rôle de chacun, visitez régulièrement des sites web sur le Jihad comme www.qoqaz.net, essayez d’ôter la peur du sang et de la blessure. Un exemple de femme forte est celui de Safiyyah bint Abdul Muttalib cité ci-dessus. Dans la bataille de Uhud, le corps de son frère Hamza fut mutilé par les kouffar. Safiyya (Qu’Allah soit satisfait d’eux deux) insista pour le voir, pour renforcer son désir de combattre les kouffar et d’y encourager les autres. Au début on le lui refusa mais sur son insistance on le lui permis.  Elle fut patiente là où de nombreuses femmes auraient perdu la tête. Elle ne se frappa pas la tête, ne leva pas les poings et ne cria pas, elle fut au contraire un exemple de force et de patience émotionnelle extrêmes.

2. Ainsi elles peuvent entraîner leurs fils et leurs filles

Tous les autres champs de l’entraînement militaire en plus de ceux ci-dessus sont utiles ici. Si les jeunes enfants peuvent apprendre tous les noms des personnages de Pokemon, ils peuvent certainement apprendre quelques termes de base relatifs au Jihad. S’ils peuvent apprendre des comptines et ce qui passe à la télé, ils peuvent aussi apprendre les Dou’as qui aideront les Moujahideen dans le Jihad. L’important est de présenter ses informations à l’enfant d’une manière qui ne les repousse pas, mais plutôt qui attise leur intérêt et qui les engage d’une façon positive et ‘amusante’ (Notez que ‘marrant’ ici ne signifie pas avec de la musique et des danses, comme le laissent croire les programmes TV pour enfant des pays occidentaux).

Si une mère ou une nourrice possède elle-même un savoir et un entraînement pour le Jihad, elle peut facilement en faire profiter ses enfants et ceux dont elle s’occupe, notez l’importance du rôle des hommes  - pères, oncles, frères -  à ce sujet.

 

3. Encourager ceux que l’on aime à aller au Jihad

Ceci, à nouveau, peut être fait de différentes façons:

Naseehah – En encourageant patiemment et inlassablement les hommes de la famille, en leur rappelant leur devoir envers Allah et les autres musulmans,  en leur rappelant les bénédictions du Paradis et les tourments de ce monde te de l’autre – tout ça d’une façon qui les encourage mais qui ne leur fait pas ressentir de pression et qui ne les fait pas se détourner.  Rappelez-vous que nous ne pouvons forcer personne à partir, car premièrement, cela est contraire au rôle qu’Allah a assigné aux femmes, et deuxièmement, si l’homme part contre sa volonté et sous la pression, il se peut qu’il ne soit pas utile aux Moujahideen et il peut même devenir un fardeau non désiré. 

Dou’a – Demandez à Allah, le Très Puissant, de changer les cœurs des hommes qui ne veulent pas partir, qu’Il les rende, eux et leurs familles, fermes, et qu’Il guide tous les musulmans! C’est Allah seul, Le Très Haut, Qui peut changer les cœurs et qui peut donne la possibilité de faire ce qui doit être fait. 

Patience – Sachez que quand celui qui s’occupe de vous part au Jihad, c’est le moment pour sa famille de faire preuve de patience, particulièrement pour sa mère, sa femme et ses sœurs. Encouragez vos hommes en étant fortes, confiantes et patientes afin qu’ils puissent se focaliser sur leur mission et ne pas s’inquiéter de l’anxiété de leurs femmes.

Aptitudes – Alors que l’Islam ne demande pas aux femmes d’apprendre les aptitudes techniques ou de recevoir une formation en vue d’obtenir un travail, cependant, si une femme souhaite le faire dans l’intention de soutenir sa famille si son père, son mari ou ses frères partent pour le Jihad, alors, Insha Allah sera peut être compté comme sa participation. Idéalement, des sponsors devraient s’occuper des familles des Moujahideen et des Shouhadaa', puisque selon le Prophète (Salut et bénédictions d’Allah sur lui) s’occuper de la famille d’un Moujahid et équiper un Moujahid font partie du Jihad. Cependant, étant donné ces temps malheureux où les femmes doivent d’elles-mêmes seules, ce n’est pas une mauvaise idée pour les femmes musulmanes que d’acquérir une formation pourvu que l’intention soit correcte. 

Tawakkoul - Tawakkal 'alal lah! Se fier à Allah, car Lui seul suffit à ses serviteurs. Rafraîchir la foi en Qada wal Qadr (concept islamique de destinée et de prédestination)- ce qu’Allah a décrété arrivera et nulle ne peut l’empêcher. Si quelqu’un qu’une femme aime doit être blessé ou mourir, cela arrivera au moment et à l’endroit prévu. Ne pas partir au Jihad n’empêchera rien. Si l’on doit faire face à des difficultés financières, cela arrivera même si le mari ou le père est présent – alors ne les arrêtez pas à cause de ce genre de craintes – rappelez-vous, faites des sacrifices pour Allah (le Paradis se paye cher), et faites ce qui doit être fait ! 

 

Une section spéciale pour des sœurs spéciales:

Quelques histoires vraies de femmes héroïques contemporaines dont les maris sont soit engagés dans le combat ou ont atteint le succès ultime du martyr:

Cette section est ajoutée pour donner un parfum de vécu, par les vies de ces femmes qui participent au Jihad en arrière plan, en prenant soin des enfants de leurs maris et de leurs biens pendant leur absence en encourageant leurs hommes et en supportant patiemment toutes les conséquences. L’information a été extraite du journal d’une sœur qui a personnellement connu ou rencontré ces sœurs. Certaines informations ont été changées/omises afin de cacher l’identité réelle des sœurs mentionnées ci-dessous:

Umm Saburah – Femme de Shahid

"J’ai finalement eu l’opportunité de la rencontrer! Elle était en visite dans ma ville pour quelques temps quand j’ai eu cette occasion unique dans une vie… Elle ne m’avait jamais rencontré avant, mais elle savait qui j’étais par l’intermédiaire d’une autre amie. Donc Alhamdoulillah, elle fut sincère en me parlant de sa vie et en me donna t un aperçu de son mari Shahid. Ci-dessous une reconstitution incomplète faite de mémoire de notre conversation (je n’avais pas pris de note):

Question :Ma Sha Allah, tu es une des femmes les plus honorée du faut que tu soit la femme d’un Shahid! Je ne sais pas ce que je donnerais pour avoir cet honneur! Dis-moi ma sœur, comment as-tu fait pour t’occuper de tes enfants pendant les années où il était au Jihad, et comment est-ce que tu t’arranges maintenant?

Umm Saburah: J’enseignais à mes enfants et je les avais avec moi quoi que je faisais. Maintenant avec les persécutions de mon gouvernement (ils l’ont arrêtée et l’ont harcelée) je ne sais même plus où je vais aller. Les gens me disent toute sorte de choses. Que puis-je faire? Je ne fais que rendre visite à de la famille et à des amis allant pour le moment de place en place. Mon rêve serait d’aller en Tchétchènie et d’y travailler avec les femmes réfugiées. J’aimerais que mes enfants soient exposés à cette vie. Je pense que la difficulté est bonne pour eux. Il y a trop de luxe, trop de facilité ici…

Question : SoubhanAllah ma sœur, tu n’as cessé d’encourager ton mari au Jihad bien que c’était si difficile pour toi. Je connais des sœurs qui ne pensent qu’à elles-mêmes et à leurs droits et qui empêchent leurs maris d’aller au Jihad… puis il y en a d’autres dont les maris ne veulent tout simplement pas partir bien que les sœurs les y encouragent…

Umm Saburah: Bien, dans mon cas, c’est mon mari qui m’a enseigné et qui m’a encouragée. Parfois je ressentais cela (comme les femmes découragent leurs maris), mais je n’ai jamais essayé de l’arrêter ou de le décourager parce que c’est  haraam de faire cela. Le Jihad est un Fard d’Allah. Comment aurais-je pu l’en empêcher ?

Question : J’ai beaucoup entendu parler de ton mari… dis-moi en plus à son sujet… comment est-il tombé martyr? Bien sûr, Allah seul sait qui est martyr, mais nous aimons penser à lui ainsi.

Umm Saburah: Oh je sais qu’il est martyr (ses yeux se sont remplis de larmes et elle a fait une pause). Il avait tous les signes du Shahid. Ils n’ont pas renvoyé son corps immédiatement après l’avoir tué. Ils l’ont gardé quelques jours au froid. Finalement, quand ils l’ont renvoyé (pas très loin du lieu où il était conservé au froid), son corps était si chaud on aurait dis qu’il était encore envie! Ils avaient tous les signes du Shahid. Il avait toujours voulu être martyr. Une fois dans une guerre précédente il a été gravement blessé et les docteurs ont dit qu’il ne survivrait pas, et pourtant il vécut et se rétablit. Il fut attristé par son rétablissement et il pleurait souvent, pensant que peut-être il n’était pas assez bon pour qu’Allah accepte son martyr. Il était un très bon mari et un homme très bon.

Question : Alors que souhaites-tu que tes fils deviennent quand ils grandiront?

Umm Saburah: (Fermement) Ils seront des Moujahideen insha'Allah. C’était la volonté de leur père et il n’y a pas d’autre alternative

Question : Comment t’assureras-tu qu’ils prennent cette route?

Umm Saburah: Ils ont d’autres frères (en Islam) qui étaient les amis de mon mari et qui ont déjà instillé en eux ces valeurs. Ils regardent leur père et ce qu’il a fait avec admiration et respect, et ils regardent ses amis maintenant. Ma fille est en colère à cause de la situation et je travaille à donner autant d’amour que je le peux à mes enfants. C’est difficile mais Alhamdoulillah.

[La conversation ci-dessus eut lieu à un moment de grande difficulté et d’épreuves pour Umm Saburah. S’il vous plait rendez-vous compte qu’Allah Qui testes Ses Serviteurs les aide aussi. Alhamdoulillah, elle est maintenant dans une situation meilleure et plus heureuse insha'Allah. Qu’Allah la bénisse et la protège ainsi que ses enfants et qu’il les garde fermes dans le deen!]

 

Umm Siham – Femme de Moujahid

"J’ai connu Umm Siham un moment. Depuis la première fois où je l’ai rencontrée jusqu’à maintenant j’ai admiré sa force, sa  simplicité, sa sincérité, et son envie d’aller de l’avant. Elle était toujours si humble, sincère et droite – c’est ce que j’aimais en elle. Je l’ai vu assise si calme et encore si respectueuse des leçons Qur'aniques, que je l’ai toujours imaginée comme une lampe lumineuse. Je l’aimais beaucoup depuis la première fois où je l’ai rencontrée jusqu’à ce jour et je prie Allah de la protéger elle et sa famille. Ci-dessous, ce qu’elle a décrit de son expérience quand son mari est parti fi sabilillah pour la première fois :

" Ce fut dur, mais Allah l’a aussi facilité de certaines manières. Mon plus jeune enfant n’avait que quelques jours quand mon mari est parti. Mon aîné avait deux ans, et je ne pouvais pas sortir pour aller gagner de l’argent par moi-même en laissant seuls les deux jeunes enfants. Ma mère m’achetait du matériel et je cousais des choses que je vendais dès que j’en avais l’occasion. Il y a eu un moment où mon salon était rempli de matériel, mais au moins je pouvais rester à la maison avec mes enfants. Je ne me faisais que peu d’argent – mais SoubhanAllah, ça durait longtemps (Barakah d’Allah). C’était assez pour nos besoins. Maintenant, quand mon mari est à la maison et qu’il gagne de l’argent, et que les enfants grandissent, je vois que nos enfants consomment tellement plus d’argent et les dépenses sont si nombreuses! (peut-être est-ce un signe d’Allah de retourner au Jihad?!)…"

 

Umm Sahl – Femme de Shahid

"Je connais auparavant son mari, et je ne pouvais même pas imaginer qu’un jour il irait au Jihad et qu’Allah – Le Plus Glorieux, le choisirait comme un martyr spécial.  On a rapporté que l’odeur d’un parfum très plaisant, comme le musc, émanait de son corps après qu’il fut martyr! Peut-être un signe d’Allah pour les pêcheurs comme moi-même qui sous estiment et parfois doutent de lui – qu’Allah l’accepte comme martyr au plus haut degré du Paradis et qu’il me pardonne (aamin).

"J’eus la ferme intention de rencontrer Umm Sahl dès que j’ai appris la nouvelle du martyr de son mari.  Lors de ma rencontre unique avec elle, j’ai vu en elle une personne qui semblait avoir placé Allah, Le très Haut, et l’akhirah au-dessus de toutes les choses de ce monde. Je résumerais ce qu’elle a vécu cu-dessous:

"Umm Sahl était marié à son mari Shahid depuis a peu près un an quand il est parti au Jihad. Elle avait un enfant de son mari Shahid. Son bébé n’avait pas plus de deux mois quand son père est parti – pour se rencontrer à nouveau Insha'Allah au Jannah! Je lui dis qu’elle avait ce que tout le monde désirait  - un shahid dans la famille qui intercèdera Insha'Allah au Jour du Jugement.  Que pouvait-on désirer de plus?! Elle sourit et dit qu’on devait pas juste se fier à cela et qu’il fallait nous-mêmes faire des efforts, car seul Allah connaît avec certitude. Dans sa façon de parler, je sentais qu’elle avait un maour très profond pour son mari shahid. Son dévouement à l’Islam était évident à partir de chaque chose qu’elle disait ou faisait. Qu’Allah la protège ainsi que sa famille et qu’Il continue de les guider sur le chemin droit (aamin).  Elle faisait un petit business,  mais les pressions émotionnelles après le martyr de son mari les rendirent incapable de s’en occuper pendant quelques mois, ce qui la força à faire un emprunt  - dont le remboursement lui fut difficile. (Cette information elle me l’a révéla qu’avec hésitation sur mon insistance). Quand je lui demandais si elle accepterait une aide financière d’une institution (j’étais incapable moi-même de l’aider de manière significative), elle me dit qu’elle ne l’accepterait que façon anonyme pour que personne ne sache qui elle est, car elle ne supporterait jamais de demander de l’argent! SoubhanAllah! Elle n’a jamais rempli le formulaire qui lui fut envoyé – du à son honneur et à sa dignité personnelle! Qu’Allah la bénisse et subvienne à tous ses besoins de la meilleure façon possible (aamin).

"Je prie Allah de donner les moyens de soutenir les nombreuses sœurs, qui, avec Allah, sont peut-être  meilleures que le reste d’entre nous, et qui sont encore forcées de sortir de leurs maisons  pour travailler, pour élever seules leurs enfants et qui vivent dans la difficulté  - et encore elles refusent de demander, elles refusent même de demander leur droit attribué par Allah aux autres musulmans. Vraiment elles ont vendu la dounya pour l’aakhirah – ainsi elle n’ont rien à perdre. Elles sont emplies de patience et d’amour pour Allah et le Jihad. Il semble que les versets Qur'aniques suivants ont été révélés spécialement pour de telles familles de Shouhadaa':

"O les croyants! Cherchez secours dans l’endurance et la prière. Car Allah est avec ceux qui sont endurants. Et ne dites pas de ceux qui sont tués dans le sentier qu’ils sont morts. Au contraire ils sont vivants, mais vous en êtes inconscients. Très certainement nous vous éprouverons par un peu de peur, de faim et de diminution des biens, de personnes et de fruits. Et fais la bonne annonce aux endurants qui disent quand un malheur les atteint : « Certes nous sommes à Allah et c’est à Lui que nous retournerons. Ceux-là reçoivent des bénédictions de leur Seigneur ainsi que la miséricorde, et ceux-là sont les bien guidés.." [Qur’an 2:153-157]

"Mais que dire aux autres musulmans qui ne soutiennent pas les familles des Shuhadaa' et des Moujahideen?! Ceci en dépit des  Ahadith clairs qui font du soutien des familles des Moujahideen du Jihad en soi. Que peut-on attendre de ces musulmans qui ont eux-mêmes négligé leur devoir de Qitaal -  quand les femmes musulmanes sont violées par milliers  - et qui ont adopté des idées non musulmanes  au point qu’ils s’attendent à ce que ces sœurs grandes, humbles, modestes, couvertes de la tête au pied retirent leur voile pour aller travailler – affrontant seule l’hostilité du monde – parce que personne d’autre ne les soutiendra ! Ces grandes mères de Moujahideen et femmes de Shouhadaa! Qu’Allah, Le Plus Connaisseur et Généreux, accepte leurs sacrifices pour Son amour et qu’IL ,Le Plus Glorieux, guide tous les musulmans afin qu’ils réalisent leurs devoirs envers Lui (aamin)!"

 

4. Formation à la médecine de combat et à l’aide de première urgence

Les glorieuses femmes de cette Ummah, les femmes compagnons du Prophète (Salut et bénédictions d’Allah sur lui), avaient de l’expérience dans cet aspect du Jihad, et en fait, c’était un travail qui leur était assigné principalement. Il va sans dire que l’on doit être formé auparavant afin d’être utile au moment venu. Une telle formation est généralement facilement disponible. Au minimum, les sœurs devraient savoir comment stopper l’hémorragie d’une blessure, comment faire un pansement aux différentes parties du corps en utilisant un bandage ou quoi faire s’il n’y a pas de bandage, savoir soulever et tourner une personne  qui ne peut pas marcher sans en porter tout le poids, comment et où appliquer des antiseptiques de base, comment s’occuper d’un os potentiellement cassé, que faire d’une blessure à la tête ou au cou, et d’autres techniques de première urgence. Une autre aptitude très utile est le fait de savoir utiliser les ressources naturelles pour la médecine et les premières aides. Cette connaissance est de grande valeur pour réduire la dépendance aux médicaments synthétiques qui peuvent ne pas être disponibles sur les lieux du combat.

 

5. Au niveau théorique

Les sœurs peuvent participer au Jihad au niveau théorique de la façon suivante:

Répondre aux objections élevées contre le Jihad – Lisez des livres comme ceux du Sheikh Abdullah ‘Azzam et autres, qui parlent de la ‘Aqidah (doctrine) et du Fiqh (applications pratiques) du Jihad. Sachez comment répondre aux objections et à la propagande de ceux qui cherchent à éliminer le Jihad (ou Qital) de l’Islam, ou au moins changer sa nature et donner de nouvelles interprétations au mot 'Jihad'. Si la désinformation répandue par ces gens  n’est pas contrôlée, elle contribuera à augmenter les massacres contre les musulmans, comme en Bosnie, où la population a largement laissé le Jihad. Donc, les sœurs ont besoin de s’éduquer elles-mêmes en matière de Jihad, et elles doivent aider les autres à apprendre la vérité.

Encourager les autres à aller au Jihad - Allah, Le très Exalté, a ordonné au Prophète (Salut et bénédictions d’Allah sur lui) :

« Et incite les croyants au combat… »' [Qur’an 8:65]

Il faut dire que les hommes ont plus tendance à écouter si se sont des femmes qui les appellent « hommes ». Alors mes sœurs, utilisez tous les moyens qu’Allah vous a donnés en restant à l’intérieur des limites islamiques, encouragez tous les musulmans que vous pouvez à accomplir leur devoir envers Allah et Son deen. Et, chose très importante, encouragez aussi les autres sœurs car se sont elles qui, avec l’aide d’Allah, qui modèlent la façon de penser de leurs jeunes fils – les futurs Moujahideen de la Ummah.

Recherchez le savoir sur le Jihad et enseignez-le, formez les autres femmes et hommes si besoin est – Ne gardez jamais pour vous les connaissances et la sagesse qu’Allah vous accorde. Si Allah vous a montré le chemin qui mène à Lui, alors montrez-le aux autres. Laissez Allah vous protéger ainsi que les autres musulmans et ne laissez pas les autres craintes vous submerger. 

Lisez et racontez pour motiver – Lisez sur le Jihad pour vous motiver vous-mêmes, vous enfants et les autres personnes que vous connaissez. Les humains aiment les histoires, soyez généreux et racontez des histoires de Jihad édifiantes.  

 

6. Collecter des fonds

Allah, Le Très Généreux, a ordonné aux musulmans de s’engager dans le Jihad avec leurs corps et leurs biens. Les sœurs peuvent aider à préparer des évènements pour collecter des fonds, elles peuvent téléphoner, envoyer des e-mail, rendre visite à leurs amies, voisins, et parents pour la même raison; et donner pour le Jihad ce qu’Allah leur a accordé de bijoux, d’argent, et de biens. Si les sœurs veulent donner leurs bijoux, une suggestion (particulièrement valable aux USA) est d’être la première à donner lors d’un évènement, et de s’arranger  (de préférence auparavant) pour le vendre aux enchères lors de l’évènement. Vous pouvez aussi demander à ne le donner que si un certain prix est obtenu. L’expérience a montré qu’habituellement le premier bijou mis aux enchères génère le plus haut prix, parfois plusieurs fois sa valeur. Ce qui compte effectivement c’est l’intention du donneur, c’est ce qui fait qu’une petite donation est multipliée chez Allah – Le Très Généreux!

 

7. Dou’a

Une des plus importantes, si ce n’est la plus importante, contribution des sœurs au Jihad qui continue en Tchétchènie et ailleurs dans le monde sont leurs dou’as sincères, comme l’on demandé les Moujahideen eux-mêmes.

Si les sœurs (et les frères) ne connaissent pas le Qunut nazilah, une Dou’a tirée de la Sounnah, il est alors impératif de l’apprendre dès que possible et de la réciter dans les prières de Witr au minimum. Allah, Le Très Haut, comprend toutes les langues et accepte les supplications sincères de Ses serviteurs! Qu’Allah Soubhanahu wa Ta'ala accorde une victoire totale permanente aux Moujahideen fi sabilihi, et qu’Il, Le Très Haut, nous donne la possibilité de faire notre part du Jihad de la manière la plus complète, et qu’Il l’accepte de nous tous (aamin).

Que la paix et les bénédictions soient sur le plus noble des Prophètes et des Messagers.
Et la fin de notre appel est : 'Les louanges sont à  Allah, Seigneur des mondes'

Avec la permission de la sœur AI
Qu’Allah la rétribue de la meilleure des récompenses.

 

 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Questions sur l'islam   Aujourd'hui à 13:55

Revenir en haut Aller en bas
 
Questions sur l'islam
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Questions sur l'islam
» Questions sur l'Islam
» "Apprendre l'Islam en Questions-Réponses" (1)
» "Apprendre l'Islam en Questions-Réponses" (5)
» LES SOURCES DU LIVRE DE L'ISLAM

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Islam Aarifa :: Forum pour les non inscrits-
Sauter vers: