Forum Islam Aarifa



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Retrouvez tous les derniers sujets ici
Chers membres, pour une meilleure conduite du forum veuillez poster vos messages dans les sous-rubriques correspondants à votre sujet et au thème choisi. En cas de doute ou difficulté , nos modératrices sont à votre disposition. L'équipe Islam Aarifa vous remercie!

Partagez | 
 

 le Prophète (saws) et Aïcha

Aller en bas 
AuteurMessage
Sonia75
7 Grades
7 Grades


Féminin Nombre de messages : 3927
Date d'inscription : 16/10/2012

MessageSujet: le Prophète (saws) et Aïcha    2013-01-18, 23:07

Revenir en haut Aller en bas
Sonia75
7 Grades
7 Grades


Féminin Nombre de messages : 3927
Date d'inscription : 16/10/2012

MessageSujet: Re: le Prophète (saws) et Aïcha    2013-02-08, 11:34

:llllll:

extrait article du site islamophile.org (Sourate-An-Nur-La-Lumiere)

Elle raconte : « Chaque fois que le Saint Prophète partait en voyage, il tirait au sort laquelle de ses épouses devait l’accompagner. Cette fois-ci, il fut décidé que c’est moi qui l’accompagnerais lors de l’expédition contre les Banû Al-Mustaliq. Pendant le voyage du retour, le saint Prophète fit halte pour la nuit en un lieu qui marquait la dernière étape du trajet vers Médine. Il faisait encore nuit lorsque l’on commença à se préparer pour le départ. Je quittai le camp pour satisfaire un besoin naturel.

Quand je revins et m’approchai de mon lieu de repos, je vis que j’avais dû laisser tomber mon collier quelque part. Je fis demi-tour et allai à sa recherche, mais entre temps la caravane était partie et je me retrouvai seule. Les quatre porteurs de ma litière l’avait replacée sur mon chameau sans se rendre compte qu’elle était vide, du fait de mon faible poids : j’avais eu peu à manger ces jours-ci. Je me recouvris de mon voile et m’étendis en espérant que lorsqu’on constaterait que j’avais été laissée en arrière, on enverrait des gens me chercher. Entre temps, je m’endormis. Au matin, comme Safwân Ibn Mu`attal As-Sulamî passait par là, il me vit et me reconnut car il m’avait vue plusieurs fois avant que ne soit révélé le commandement relatif au voile.

A peine m’eut-il vu qu’il arrêta son chameau et s’écria spontanément : « Mon Dieu ! On a laissé ici l’épouse du Saint Prophète !" A ces mots, je m’éveillai brusquement et recouvris mon visage de mon voile. Sans prononcer d’autres paroles que celles-ci, il fit s’agenouiller son chameau devant moi et se tint sur le côté, tandis que je grimpai sur le dos du chameau. Il conduisit le chameau en le tenant par la bride et nous rattrapâmes la caravane aux environs de midi, alors qu’elle venait de s’arrêter et personne n’avait encore remarqué ma disparition. J’appris par la suite qu’on avait utilisé cet incident pour me calomnier et que `Abdullah Ibn Ubayy était l’un des calomniateurs les plus acharnés." ( Selon d’autres traditions, lorsque Aicha — que Dieu l’agrée — rejoignit le camp, montée sur le chameau que conduisait Safwân et qu’on apprit qu’elle avait été laissée en arrière, `Abdullah Ibn Ubayy s’écria : " Mon Dieu, il est impossible qu’elle soit restée chaste. Regardez, voici qu’arrive la femme de votre Prophète montée sur le chameau que conduit l’homme avec lequel elle a passé la nuit."

Lorsque je fus rentrée à Médine, je tombai malade et restai alitée pendant plus d’un mois. Bien que je ne fusse pas au courant, les rumeurs au sujet du "scandale" se répandaient à travers toute la ville et parvinrent même jusqu’aux oreilles du Saint Prophète. Je remarquai d’ailleurs qu’il ne semblait pas aussi concerné par ma maladie qu’il aurait du l’être. Il venait me voir mais sans s’adresser à moi directement, s’enquérait auprès des autres de mon état de santé puis quittait la maison. Cette attitude me troubla et je pensai qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas. Aussi pris-je congé de lui et me rendis chez ma mère qui saurait bien prendre soin de moi.



Pendant mon séjour là-bas, une nuit, je sortis de la ville pour prendre l’air avec la mère de Mistah qui était un cousin de ma mère. Tandis qu’elle marchait à mes cotés et buta sur quelque chose et s’écria : " Puisse Mistah périr !" Je lui dis : Comment la bonne mere que tu es peut maudire son proper fils, un fils qui prit part à la bataille de Badr ?". Elle répondit : "Ma chère enfant, tu n’es donc pas au courant de ses agissements ?" Elle me raconta alors tous les détails relatifs à la campagne dont j’étais l’objet’." (Outre les hypocrites, un certain nombre de musulmans sincères furent impliqués dans cette campagne et parmi ceux qui y jouèrent un rôle prépondérant il y avait Mistah, Hassân Ibn Thâbit, le célèbre poète de l’islam, et Hamnah, fille de Jahsh et sœur de Zaynab - Que Dieu l’agrée). En entendant cette horrible histoire, mon sang ne fit qu’un tour, je rentrai immédiatement à la maison et passai le reste de la nuit à pleurer.

Durant mon absence, le Saint Prophète consulta Ali et Usâmah Ibn Zayd sur cette affaire. Usâmah parla de moi en bons termes, disant : ’O Messager d’Allah, nous n’avons trouvé que du bien chez ton épouse. Tout ce qui a été dit sur son compte n’est que mensonge et calomnie ». Pour ce qui est de `Alî, il dit : « O Messager d’Allah, il n’y a pas pénurie de femmes ; si tu veux, tu peux épouser une autre femme. Cependant si tu veux enquêter, fais appeler sa servante et questionne-la. » On envoya chercher la servante et on la questionna. Elle répondit : » Je jure par Allah que je n’ai jamais vu le moindre mal en elle, si ce n’est qu’elle s’endort lorsque je lui demande de surveiller la pâte à pain en mon absence et qu’une chèvre vient et le mange.’

En ce même jour, le Saint Prophète s’adressa au peuple du haut de sa chaire et dit : "O Musulmans ! Lequel d’entre vous défendra mon honneur contre les attaques de celui qui a transgressé toutes les règles en me blessant, en calomniant mon épouse ? Par Dieu, j’ai mené une enquête approfondie à ce sujet et n’ai trouvé aucun grief à lui reprocher, pas plus qu’à l’homme dont le nom a été impliqué dans ce "scandale". A ces mots, Usayd Ibn Hudayr (ou Sa`d Ibn Mu`âdh d’après d’autres traditions) se leva et dit : "O Messager d’Allah, si cette personne appartient à notre clan, nous la tuerons de nos mains, mais si elle appartient au clan des Khazraj , nous le tuerons si tu l’ordonnes. ». Entendant cela, Sa`d Ibn `Ubâdah, le chef du clan des Khazraj, se leva et dit : " Tu mens, tu ne peux pas tuer cette personne. Tu dis cela seulement parce que la personne en question appartient à notre clan, au clan des Khazraj. Si elle avait appartenu à votre clan, tu n’aurais jamais dit cela. » Usayd rétorqua : "Tu es un hypocrite, c’est pourquoi tu défends un hypocrite. » A ces mots, un grand tumulte se fit dans la mosquée, bien que le Saint Prophète eût été présent pendant tout ce temps. Mais il apaisa leur colère et descendit de sa chaire.


Revenir en haut Aller en bas
Sonia75
7 Grades
7 Grades


Féminin Nombre de messages : 3927
Date d'inscription : 16/10/2012

MessageSujet: Re: le Prophète (saws) et Aïcha    2013-10-06, 06:54

hjbbng 

UP


Salam aleykoum
Revenir en haut Aller en bas
Sonia75
7 Grades
7 Grades


Féminin Nombre de messages : 3927
Date d'inscription : 16/10/2012

MessageSujet: Re: le Prophète (saws) et Aïcha    2014-05-24, 18:01

hjbbng 

up.


Salam aleykoum
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le Prophète (saws) et Aïcha    

Revenir en haut Aller en bas
 
le Prophète (saws) et Aïcha
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chap 15 : De l'appel à la prière
» VI- Le livre des salutations
» IX- Le livre des mérites (pratiques religieuses)
» Le nom des épouses du prophète (saws) mères des croyants :
» La moralité sublime du Prophète (saws) telle qu'elle apparaît dans le Coran

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Islam Aarifa :: Bibliothèque Islamique-
Sauter vers: