Forum Islam Aarifa



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Retrouvez tous les derniers sujets ici
Chers membres, pour une meilleure conduite du forum veuillez poster vos messages dans les sous-rubriques correspondants à votre sujet et au thème choisi. En cas de doute ou difficulté , nos modératrices sont à votre disposition. L'équipe Islam Aarifa vous remercie!

Partagez | 
 

 Le droit de divorce pour la femme

Aller en bas 
AuteurMessage
Guest Muslim
4 Grades
4 Grades
avatar

Masculin Nombre de messages : 1188
Date d'inscription : 08/08/2010

MessageSujet: Le droit de divorce pour la femme   2011-12-28, 12:44



Question:

J’ai une question concernant le droit pour une femme de divorcer de sa propre initiative (khul`). Pourriez-vous donner les sources de ce droit dans la sharî`ah ?

Réponse:


Concernant le droit donné à la femme de demander le khul` comme solution égale à ce que l’homme peut faire par le biais du talâq, je me réfère à la preuve suivante. Ibn Rushd Al-Qurtubî (Averroès), dans Bidâyah Al-Mujtahid, volume 2, chapitre du talâq, dit : "Tout comme un homme peut avoir recours au talâq lorsqu’il n’aime pas sa femme, la législation islamique (sharî`ah) donne à la femme le droit de mettre fin à son mariage si elle n’aime pas son mari. Cependant, elle devra lui rembourser la dot qu’il lui a versé à moins qu’il n’y ait des circonstances en raison desquelles un juge pourrait forcer le mari à prononcer le talâq sans exiger de compensation de la part de sa femme."

Au contraire, il se peut même que le mari soit contraint au paiement d’un arriéré de dot lorsque la femme a de bonnes raisons d’avoir recours au khul`, par exemple, dans le cas d’abus corporel ou psychologique ou de tout abus ou négligence dans l’accomplissement des obligations que le mari a envers sa femme. Il existe un hadith concernant la femme de Thâbit Ibn Qays, lorsqu’elle alla trouver le Prophète — paix et bénédiction sur lui — et se plaignit de son mari. Elle dit qu’elle n’avait aucun grief en particulier contre lui mais qu’elle ne souhaitait pas rester avec lui plus longtemps. Le Prophète — paix et bénédiction sur lui — ne fit aucune investigation à son sujet ni au sujet de son mari pour connaître les raisons qui motivaient son désir de divorcer. Il lui demanda si elle acceptait de rendre ce qu’elle avait reçu comme dot. C’était un verger. Elle répondit qu’elle le lui rendrait. Le Prophète — paix et bénédiction sur lui — ordonna à son mari d’accepter le verger ainsi que le khul`.

La majorité des écoles juridiques approuvent le khul`. Cependant, l’école hanafite précise que le juge doit approuver les raisons avancées par la femme. Certaines écoles disent que si les deux époux sont d’accord pour effectuer ce khul`, ils n’ont besoin d’aucun juge ni d’aucun tribunal pour le valider. Bien sûr, le khul` est un contrat alors que le talâq n’en est pas un.

Si la femme veut avoir recours au khul` et qu’après environ un mois elle insiste toujours sur cette demande, alors je ne vois aucune justification raisonnable pour que le mari le lui refuse. Son refus serait alors assimilé à un abus et à du harcèlement. Le mariage a pour but d’aider les époux à pratiquer l’Islam, particulièrement dans leur vie matrimoniale. Si l’un des deux époux est dans l’incapacité de pratiquer une bonne vie matrimoniale, alors le Coran dit dans le verset 229 de la sourate 2 : « Si vous craignez qu’ils ne soient pas capables d’observer les limites de Dieu, nulle faute ne sera imputée à l’un ou l’autre, si l’épouse offre une compensation. »

Pour certaines écoles, ce khul` équivaut au talâq et la femme doit donc observer une période de viduité (`iddah). Cependant, Ibn Qayyim Al-Jawziyyah, dans son Zâd Al-Ma`âd a affirmé, à propos du khul`, que la période de viduité n’était pas nécessaire mais qu’une femme, pour pouvoir se remarier, devait attendre une menstruation pour être sûre de ne pas être enceinte.


Allah ! Point de divinité à part Lui, le Vivant, Celui qui subsiste par lui-même "al-Qayyûm". Ni somnolence ni sommeil ne Le saisissent. A lui appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Qui peut intercéder auprès de Lui sans Sa permission ? Il connaît leur passé et leur futur. Et, de Sa science, ils n'embrassent que ce qu'Il veut. Son Siège «Kursi » déborde les cieux et la terre, dont la garde ne Lui coûte aucune peine. Et Il est le Très Haut, le Très Grand.
Revenir en haut Aller en bas
sister B
9 Grades
9 Grades
avatar

Féminin Nombre de messages : 10450
Localisation : ...
Date d'inscription : 03/11/2011

MessageSujet: Re: Le droit de divorce pour la femme   2011-12-28, 13:00



je rajoute que le divorce de la femme sans raison valable est detestable, il vaut mieux avant d'avoir recours a cette ultime decision de reflechir et de tenter une reconciliation avec son epoux, ce qui est meilleur surtout lorsqu'il y'a des enfants a charge...
Allahoualam...

Est-ce que la femme qui demande à son mari le divorce sans raison valable est une pécheresse ?



Sheikh `Abdal-`Azîz Bin `Abdallah Bin Bâz
(rahimahou Allah)





L'interrogateur demande :

Si la femme demande à son marile divorce sans raison valable et que le marie refuse sa demande, est-elle de ce fait une pécheresse ?



Le cheikh (qu'Allah lui fasse miséricorde) répond :

Si la femme n'a pas de raison valable, le mari n'est pas forcé de répondre à sa demande de divorce, mais il est aussi nécessaire pour lui de chercher les choses qui apporteront l'harmonie et l'amour (dans leur relation) et la débarrasser (cette relation) des choses qui ameneront au divorce. Car il est possible qu'elle est quelques raisons valables.


Il est donc nécessaire qu'il prenne en considération cela car elle peut avoir des raisons légitimes , soit à cause du mauvais caractère du mari ou de son avarice ou du fait qu'il reste dehors toute la nuit ou qu'il rentre très tard à la maison ou encore d'autre raisons que celles-ci. Donc il lui est obligatoire d' observer ces choses et de craindre Allah afin qu'il donne à la femme son droit.


Quand à elle, alors il ne lui est pas permis de demander le divorce sauf avec une raison valable. Comme cela provient de l'autorité du Messager d'Allah salallahu 'alayi wa salam qui a dit : " Toute femme qui demande le divorce sans raison légitime ne sentira pas le parfum du Paradis " (Al-Bukhari).


Et cela est une menace sévère. Donc, il incombe à la femme de vivre avec son époux dans la bonté, la gentillesse et de l'écouter et lui obéir dans ce qui est en conformité avec le Coran et la Sunnah du prophète salallahu 'alayi wa salam, et de ne pas demander le divorce à son mari sauf pour une raison valable.


Et si il y a une raison valable, alors il n'y a pas de problème à cela. Par exemple: il est avare, ce qui va l'empêcher de donner à sa femme les droits qui lui sont dûs, ou bien il est plongé dans le péché et la désobéissance comme prendre de l'alcool ou de la drogue, ou encore il reste dehors toute la nuit, tout le temps, ou il rend la vie de sa femme très restreignant (oppressante), ou d'autre raison que celles-ci qui sont légitimes, alors c'est une excuse qui doit être considérée et honorée.


Ou il est possible que se soit du fait que probablement elle déteste vraiment son époux et du fait qu'Allah n'ait pas placé dans son coeur l'amour pour lui et elle ne peut donc pas respecter ses devoirs envers lui en conséquence de cette haine qu'elle éprouve pour lui, alors il n'y a pas de mal à ce qu'elle demande le divorce. Ainsi, en retour, elle ne commettra pas de péché en ne lui donnant pas ses droits. Et si elle lui demande le divorce, alors elle devra lui rendre la dot qu'il lui a donné pour l'épouser et qui lui a donné pour préparer le mariage (cadeaux ,vêtements et l'argent qui fut nécessaire pour le repas de noce).


Et si la raison du divorce est qu'elle le déteste alors on devra lui donner ce qu'il lui a donnée comme dote et ce qu'il lui a donné comme cadeaux autre que la dote.


Donc, si la raison pour laquelle elle demande le divorce est parce qu'il ne lui donne pas son droit ou s'il est avare envers ses besoins ou s'il reste toute la nuit dehors et qu'il ne rentre à la maison que très tard dans la nuit et qu'il est fatigué, ou qu'il sombre dans l'alcool ou les drogues, alors ces raisons sont des raisons légitimes à sa demande de divorce. Et si le mari refuse, alors elle devra le "traîner" devant le tribunal musulman afin qu'il puisse analyser cette affaire.


Quand à celui qui ne prie pas, alors il n'est pas permis à la femme de rester avec lui car abandonner la prière est de la mécréance et le refuge est auprès d'Allah. Et ceci car la prière est le pilier qui garde la religion bien droite, donc si le mari abandonne la prière alors cela devient une raison valable pour la femme de refuser d'être avec lui. Et il ne lui est pas permis de rester avec elle, jusqu'à ce qu'il se repente à Allah de son abandon de la salat, et ceci est basé sur la parole du Prophète (salallahu 'alayi wa salam) : " L'engagement entre nous et eux est la prière. Donc quiconque l'abandonne a mécru " ( Ahmad,Tirmidhi,Nasa'i)


Et aussi sa parole ( salallAllahou 'alayki wa salam) : " La tête de cette affaire est l'Islam et son pilier central est la prière " ( Ahmad, Tirmidhi)


Et aussi , le Prophète ( salallAllahou 'alayi wa salam) a dit : " Ce qu'il y a entre l'homme, la mécréance et l'association c'est la prière " ( Muslim, Abou Dawoud, Nasa'i)


Donc cela montre que la prière est une affaire importante et elle est le pilier de l'Islam et c'est la première chose parmi les actes dont le serviteur devra rendre compte le Jour du Jugement.


Donc il incombe à tous les croyants et les croyantes ou chaque individu qui proclame l'islam de craindre Allah et de sauvegarder sa prière à son heure et de les réaliser en groupe avec les musulmans à la moquée car ne pas les accomplir ainsi est une désobéissance et un péché et le fait qu'il les prie à la maison est aussi une désobéissance mais pas une mécréance.


Mais le fait qu'il abandonne la prière entièrement , alors cela est de la mécréance, même s'il ne renie pas le fait que la prière est obligatoire et cela à la lumière de l'avis le plus correcte entre les 2 positions existantes chez les érudits (savants).


Et celui qui renie le fait que la prière soit obligatoire est un mécréant par consensus des musulmans et de même celui qui renie le fait que la prière soit obligatoire ou le jeûne du mois de ramadan ou la zakat ou quoique se soit des choses connues dans la religion comme une obligation, alors il est par conséquent un kaafir (mécréant), et le refuge est auprès d'Allah.


Tiré de : Al-Fatâwâ

http://true.salaf.over-blog.com/article-24529675.html





















.




 
kljiio
♥♥♥"Allah est le Plus doux au-delà de toute douceur, Le Plus Aimant au-delà de tout amour..."♥♥♥  
La Illaha Illa Anta sobhanaka inni kountou min Edhalimin.♥ 
   Salam Alaykoum
Revenir en haut Aller en bas
sister B
9 Grades
9 Grades
avatar

Féminin Nombre de messages : 10450
Localisation : ...
Date d'inscription : 03/11/2011

MessageSujet: Re: Le droit de divorce pour la femme   2013-07-01, 21:52

salam-alikum1 

up!


 
kljiio
♥♥♥"Allah est le Plus doux au-delà de toute douceur, Le Plus Aimant au-delà de tout amour..."♥♥♥  
La Illaha Illa Anta sobhanaka inni kountou min Edhalimin.♥ 
   Salam Alaykoum
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le droit de divorce pour la femme   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le droit de divorce pour la femme
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le droit de divorce pour la femme
» Le mariage ou le célibat est meilleur pour une femme divorcée ou veuve
» plan exposé droit adm responsabilité pour faute lourde
» est il autoriser pour une femme de faire la priere dehors ?
» La femme a-t-elle le droit de conduire la voiture??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Islam Aarifa :: Famille Musulmane :: mariage, divorce-
Sauter vers: